top of page

Quelles sont les plus grandes arnaques de l’eau ?

Dernière mise à jour : 7 mai

Les communications sur l’eau sont malheureusement loin d’être limpides. Entre les exagérations commerciales, les mensonges ou omissions des pouvoirs publics et les fausses promesses du marketing, il est encore trop fréquent de boire la tasse. Quelles sont les plus grandes arnaques de l’eau et comment ne pas se faire avoir ? Comment retrouver le plaisir de boire sans plastique et sans risques (y compris financier) ? Un article à la lecture indispensable avant tout achat, par l'auteur du livre La Qualité de l'eau (Ed. Médicis).


Les arnaques de l'eau sont malheureusement légion et il est relativement facile de boire la tasse. Quelles sont les plus grosses arnaques de l’eau et les exagération du marketing eau ? Surprises et solutions avec l'auteur du livre La Qualité de l'eau (Ed. Médicis, 2020)
Les arnaques de l'eau, légion comme les poissons dans l'eau...

Pour être bref, extrême méfiance avec les sites, articles ou revendeurs qui :

  • promettent une eau "pure" ou "parfaite"

  • font passer le traitement du calcaire avant la qualité de l’eau

  • vendent ou conseillent encore des dispositifs à sodium ou à sel

  • ne traitent que de filtration, oubliant la seconde étape de la dynamisation

  • représentent une grosse marque avec des moyens marketing importants

  • restent vague quant aux procédés mis en œuvre

  • parlent de leur produit en des termes dithyrambiques

  • critiquent sans vergogne les dispositifs concurrents

  • demandent ou insistent pour se déplacer à votre domicile

  • ont recours à des démonstrations "music-hall" de type électrolyse

  • présentent des analyses et % de filtration sans expliquer la méthodologie

  • annoncent des capacités de filtration mirobolantes, jusqu'à 5, 10 ou 20 ans

  • promettent des résultats spectaculaires en terme de santé

  • recommandent l'eau alcaline (au prétexte notamment d’une pseudo acidose)

  • présentent des produits venus d'ailleurs miraculeux et peu coûteux

  • travaillent en dropshipping, sans stock localement

  • sont "influenceurs" et vendent n'importe quoi pour toucher des commissions

  • sont membre d'un réseau et ne proposent qu'une gamme limité de produits

  • offrent une promotion de dernière minute ou à la validité limitée

  • font preuve de la moindre insistance ou agressivité commerciale

  • globalement sont là par opportunisme commercial mais ne connaissent pas les véritables critères de la qualité de l'eau...


Exemple caricatural avec le témoignage d'un vendeur de filtres : "On appelait les prospects pour le demander s'ils voulaient analyser gratuitement leur eau du robinet... On venait chez eux et on faisait alors une électrolyse : l'eau devenait noire ! On comparait avec une eau en bouteille qui, elle, restait translucide... On défonçait tout ce qui était adoucisseur et osmoseur en demandant aux clients s'ils avaient envie de boire de l'eau salée ou l'eau de leur fer à repasser... On vendait nos solutions de filtration avec UV de 5'000 à 7'000 euros avec une banque partenaire pour un crédit de 50 euros par mois..."


Le témoignage a été recueilli fin janvier 2024. Les faits remontent entre 2012 à 2014 alors que le commercial aux dents longues n'avait que 24 ans. Ces agissements sont la responsabilité d'une société française sans scrupule ayant "pure" dans son nom. Dans le détail, l'arnaque est ici avérée pour plusieurs raisons :


  • L'eau pure n'existe pas et serait problématique. Parler de pureté de l'eau reste toutefois un grand classique marketing.

  • L'électrolyse n'est pas une analyse de la qualité de l'eau mais simplement de la présence de minéraux. L'eau en bouteille utilisée, évidemment faiblement minéralisée, ressortait forcément moins trouble. Voir plus bas.

  • Des arguments fallacieux sont utilisés pour critiquer les concurrents. Si les adoucisseurs à sodium sont indéfendables, la solution proposée ne permettait pas de gérer correctement le calcaire. L'eau obtenue via osmose inverse n'a en outre rien à voir avec l'eau distillée des fers à repasser.

  • Il n'y a pas de bactéries pathogènes ou de virus très problématiques dans l'eau du robinet chlorée si bien que les ultra-violets en sortie sont globalement inutiles. La peur est mauvaise conseillère mais elle est toujours excellente pour les arnaques !

  • Les UV sont un mauvais traitement supplémentaire infligé à l'eau. Sans aucune dynamisation en sortie, l'eau obtenue n'a aucune vitalité et ne correspond pas aux besoins de l'organisme.

  • La solution proposée - loin de l'efficacité des osmoseurs ou des meilleures solutions intégrales - est vendue de 10 à 20 fois trop chère, des technologies équivalentes valant tout au plus quelques centaines d'euros.

  • Les 50 euros par mois du crédit à la consommation semblent raisonnables - au regard notamment des dépenses d'eau en bouteille - mais le client est ferré sur au moins 10 ans (avec les intérêts) pour un produit de moyenne gamme qu'il faudra probablement remplacer avant...


Bref, ne JAMAIS inviter un commercial chez soi !


L’arnaque ne correspond pas nécessairement à un mauvais produit – cela arrive aussi – mais plus généralement à une différence entre ce qui est annoncé et le résultat obtenu. Le marketing ose tout et c’est d’ailleurs à cela qu’on le reconnaît !


Marketing des embouteilleurs sous aval de l'Académie de Médecine en France vis-à-vis de la pureté naturelle de leur eau alors qu’elle est la plus souvent polluée: micropolluants, matières fécales obligeant à une désinfection illégale (à base d'UV) et toujours, en bouteille, présences de centaines de milliers de nanoparticules de plastique. Mensonges, surtout, vis-à-vis de l’intérêt des minéraux alors que nous sommes hétérotrophes et donc incapables d’assimiler correctement les minéraux inorganiques des eaux. « Buvez éliminez » clamait la publicité mais il ne s’agissait pas d’éliminer les graisses mais les minéraux… via un surtravail des reins !


Marketing des régies et des pouvoirs publics vis-à-vis de la qualité de leur eau du robinet, alors qu’elle n’est que "potable" et donc tributaires de normes techniques et administratives en berne. La plus souvent polluée (de micropolluants divers dont les PFAS), alcaline (pour protéger la tuyauterie) et oxydante (à cause du chlore, le premier polluant de l'eau), elle se situe énergétiquement (richesse en protons et en électrons), comme le précise la Bioélectronique de Vincent, sur le terrain des cancers, des virus et des vaccins… Tout cela n'empêche pas certaines régies, comme pour l'eau à Genève, de clamer une "qualité irréprochable" !


Marketing de certains fabricants avec par exemple les fontaines à gravitation Berkey présentées comme les filtres « les plus efficaces et durables de la planète » (sic !) via un « secret commercial exclusif » (re-sic !) et des analyses de l'eau dithyrambiques... ce qui lui vaut aux Etats-Unis une Class Action de la part de consommateurs furax. Globalement, méfiance vis-à-vis des % de filtration ou capacité de filtration annoncée au-delà de la norme (1 à 2 ans max), les analyses étant rarement réalisées dans les règles de l'art. Rendre l’eau plus alcaline est une absurdité, un bac réservoir sans dynamisation se chargera toujours en bactéries (l’eau y est stagnante et à température ambiante) et il existe évidemment de meilleurs filtres, l'osmose inverse restant la référence pour un point d'eau unique. Faire croire qu'un simple filtre à charbon actif rend l'eau "pure" ou "parfaite" est évidemment une exagération.


Marketing de sites internet non spécialisés dans le traitement de l'eau présentant des produits miraculeux venus d'ailleurs (du Japon souvent), parées de toutes les vertus et peu coûteux, qui ne font en fait rien correctement mais permettent d'engranger facilement ventes ou commissions. Les filtres efficaces sont connus et les véritables nouveautés pertinentes sont rares... L'une des dernières arnaques en date concerne de petits appareils censés hydrogéner l'eau et qui créent en fait de l'eau imbuvable avec picotements caractéristique très désagréables en bouche !


Marketing d'influenceurs via leurs émissions sur les réseaux sociaux, qui – sans connaître grand chose à l'eau – invitent des fabricants / revendeurs pour parler de leurs "extraordinaires" produits, forcément les meilleurs au monde, en échange d'un commissionnement sur les ventes ou paiement d'avance. Promotion proposée en fin de vidéo mais désillusion assurée face aux véritables meilleurs produits !


Marketing des solutions de dynamisation avec des photos de cristallisation type Masaru Emoto présentées à tort et à travers. Face à de l'eau chlorée du robinet, n'importe quel système de dynamisation améliore forcément les choses et permet en effet de constater une eau plus douce et agréable à boire. Est-ce à dire pour autant qu'il s'agit du meilleur système, de la meilleure énergie ? Entre la cruche à vortex budget et le Biodynamizer nec plus ultra, il y a tout de même un peu de marge... et tous les vortex ne se valent pas ! Les sites évoquant une dynamisation sans expliciter le procédé mis en œuvre sont évidemment à éviter.


Marketing des bienfaits thérapeutiques avec par exemple l'eau hydrogénée. On récupère les arguments médicaux et les études véridiques concernant les bienfaits de l'eau hydrogénée (H2) et son côté très antioxydant. On associe ce discours thérapeutique à un produit bas de gamme made in China qui ne fait rien correctement. On décline ce produit sous plusieurs marques que l'on propose ensuite à toute une série d'influenceurs incompétents travaillant en dropshipping, parfois sans même jamais avoir testé le produit !


Le danger réside globalement dans les revendeurs de solution unique – la plupart du temps sincères mais très mal formés – qui ont évidemment un intérêt à enjoliver leur produit et/ou à critiquer les concurrents. Le produit convient-il véritablement aux besoins ? Est-il d'un si bon rapport qualité-prix que cela ? Que vaut-il objectivement face à des produits concurrents moins coûteux ?


Méfiance, spécifiquement, avec les revendeurs recrutés sous forme de réseaux pour proposer, à prix d'or, par exemple une eau thérapeutique miraculeuse, ionisée, très anti-oxydante mais très alcaline… et donc sur le terrain des bactéries ! Le petit appareil Idrogen fait la même chose que l'eau Kangen mais sans toucher au pH et pour une fraction du coût ! Autre exemple avec cet osmoseur de base (sans dynamisation) qui augmente le pH de l'eau (au lieu de le diminuer) et qui est vendu par des vendeurs incompétents 2500 euros ! Le marketing relationnel est toujours dangereux...


Méfiance vis-à-vis de toute démonstration "music-hall" d'électrolyse de l'eau. L'électrolyseur n'est pas un appareil scientifique de mesure de la qualité de l'eau et il a toujours été utilisé par des charlatans pour faire peur (c'est noir ! c'est vert !) et vendre leurs systèmes de filtration. Une électrolyse sert essentiellement à démontrer la capacité de conduction du courant électrique dans l'eau et donc la richesse en minéraux. Toute eau minéralisée changera donc de couleur ! Les électrodes bas de gamme - made in China - sont en outre en fer et s'oxydent rapidement. Il n'y a pas de graphène dans l'eau mais le fer corrodé de l'électrode !


Méfiance avec les promotions de dernière minute, en porte à porte ou sur des sites internet d’influenceurs / influenceuses qui comme leur nom l’indique essayent d'"influencer" et donc de pousser à l'achat pour engranger les commissions. Ne pas avoir le temps de la réflexion est toujours le signal d'une arnaque en cours.


Méfiance avec les conseils des Médecins, des Nutritionnistes ou encore des Plombiers, absolument pas formés à la qualité de l'eau, le scandale initial dont tout le reste découle. Certains ont fait l'effort de s'intéresser au sujet mais la plupart régurgitent les poncifs d'usage (exemple avec l'émission Allô Docteurs)... ou, pour les installateurs sanitaires, nagent en plein conflits d'intérêt.


La plus grosse arnaque demeure ainsi l’adoucisseur d’eau à sodium qui cumule les tares : marketing débridé (pour faire croire qu’il est sans danger voire écologique), absence de formation des installateurs sanitaires et marge énorme pour pousser à la vente, au détriment de la qualité de l’eau ! Avec un adoucisseur à sel, il vous faut forcément un osmoseur, porte ouverte à une autre série d'arnaques lorsque c'est le vendeur d'adoucisseur qui repasse...


Bref, de la nécessité d’avoir un minimum de choix, de recul et de réflexions afin de ne pas se faire avoir. Trouver un filtre et une dynamisation appropriés - c'est-à-dire adaptés à sa configuration et son budget - est le seul moyen de retrouver le plaisir de boire et de bénéficier enfin, via une eau véritablement biocompatible, d’une hydratation de qualité !


Questions-Réponses sur les arnaques de l’eau :


Quelle est la plus grande tromperie sur l’eau ?  La tromperie la plus répandue est de se fourvoyer dans les critères qualitatifs et concerne l’eau du robinet, uniquement “potable” mais présentée comme d’excellente qualité alors que chargée - encore le plus souvent - de chlore, le premier polluant de l’eau. Comment une telle eau, alcaline et oxydée, pourrait-elle être qualifiée d’écologique, sauf à se tromper là encore de définition ?


Comment une telle tromperie sur l’eau est-elle possible ?  Les véritables critères qualitatifs de l’eau sont rarement débattus car la piètre qualité de l’eau arrange de nombreux intérêts économiques : des cosmétiques aux consultations médicales en passant par les embouteilleurs, pas grand monde n’a intérêt à améliorer la qualité de l’eau (en évitant le chlore oxydant par exemple). Il n'y a pas complot mais simplement impostures, lâchetés et incompétence des pouvoirs publics. Comment expliquer sinon que les médecins ne soient absolument pas formés à la qualité de l’eau ?


Quelle est la plus grande arnaque scientifique sur l’eau ?  La plus grande imposture scientifique de l’eau est de faire croire qu’il est possible d’apprécier sa qualité uniquement via des critères physico-chimiques ou l’absence de bactéries. “L’eau est une impossibilité scientifique” selon le physicien allemand William Hacheney et il vaut mieux être biologiste (ou physicien quantique) que chimiste pour en parler correctement. La science moderne (d’aucuns diraient “scientisme”) est en outre malheureusement axée sur le quantitatif, le dogmatisme et les conflits d’intérêts. L’eau, aqua complex, est en réalité beaucoup plus que sa simple formule H2O !


Quelle est l’arnaque commerciale sur l’eau la plus répandue ?  L’arnaque la plus courante - classique du marketing - est de faire croire que son produit est le meilleur alors qu’il n’est en réalité qu’un produit parmi tant d’autres… La probabilité de se faire avoir est très élevée si l’on suit les recommandations d’un revendeur n’ayant qu’un seul produit - ou gamme de produits - à son catalogue. Encore davantage s’il travaille en réseau et/ou en dropshipping avec des produits bas de gamme made in ailleurs. Trouver le produit qui convient (à sa configuration et à son budget) requiert d’avoir un minimum de réflexion et de choix ! 


Quelle est la plus grosse arnaque commerciale sur l’eau ?  La plus grande arnaque - et la plus coûteuse pour le client - concerne les adoucisseurs à sodium, présentés comme écologiques alors qu’ils gaspillent de l’eau, rejettent du sel dans l'environnement… et dénaturent totalement l’eau du robinet. Privilégier la propreté de sa bouilloire à la qualité de son eau à ses robinets démontre, une perte de bon sens, la puissance de frappe des intérêts économiques et la piètre formation des plombiers, alors qu’il existe par ailleurs des solutions écologiques au calcaire.


Pourquoi y a-t-il autant de risques de se faire avoir ?  Les intérêts économiques de l’eau sont gigantesques et les marges sur les produits parfois très importantes. Un plombier a par exemple tout intérêt à proposer un adoucisseur : non seulement il touchera environ 40% du prix de vente mais il assurera ensuite un entretien annuel (voire semi annuel) et vendra des recharges en sel. Il pourra également repasser dans un second temps proposer un osmoseur, seul moyen de supprimer le sodium de l’eau. Et pour peu que l’adoucisseur soit réglé trop bas, la corrosion de la tuyauterie lui permettra peut-être même de devoir à terme changer toute la tuyauterie de la maison!  Dans ces circonstances, rares sont les plombiers à avoir un intérêt (économique) à se former correctement à la qualité de l’eau. La même chose est vraie pour tous les vendeurs d’un système unique : pour vendre correctement sans vergogne, il faut être convaincant et donc généralement convaincu (via une piètre formation) !


Pourquoi les arnaques se multiplient-elles ? Les réseaux sociaux et la puissance de persuasion des influenceurs a augmenté significativement la fréquence des arnaques de l'eau. La Chine inonde le marché de produits bas de gamme et peu coûteux, présentés ensuite sans vergogne par des influenceurs incompétents sous commission. L'intelligence artificielle (AI) permet également de pondre des centaines de témoignages élogieux à peu de frais. La pratique du dropshipping permet enfin d'échapper à toute conséquence juridique lorsque le client réalise la tromperie. Contre qui exactement se retourner et où ?


Comment éviter de se faire avoir en matière de solutions eau ?  Lire ce blog est un bon début, que l’on pourra prolonger par la lecture des sites ou du livre. La méfiance doit être de rigueur et un certain type de discours (eau “pure”, eau “parfaite”, etc) ou de comportement (promo de dernière minute, critique des concurrents, agressivité, dropshipping, etc.) doivent immédiatement alerter. S’il est impossible de tout comprendre sur l’eau, les étapes de la filtration et de la dynamisation doivent être dûment explicités et les tarifs limpides. Des questions doivent être préparées à l’avance et un temps de réflexion indispensable pour faire sa sélection en toute connaissance de cause, ce qui suppose d’avoir un minimum de choix !  Ne jamais rien acheter sur internet, sur un salon, via une émission d’un “influenceur” ou chez soi, la visite d’un revendeur étant le meilleur moyen de se faire avoir !  


D’autres questions ?  Me contacter !


Pour en savoir plus sur les arnaques de l'eau et les solutions sans risques :

Les 3 problématiques et solutions Eau : www.solutionsbio.ch/eau

Vidéo Conférence-Tutoriel : Les solutions concrètes (19’53) Le portail de référence sur l’eau : www.lemieuxetre.ch/eau

Mon livre La qualité de l’eau (Ed. Médicis, 2020)

Me contacter pour une analyse gratuite et experte de votre situation : +41 (0)76 532 8838 (rappel possible), sms ou mail



Comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación
bottom of page