Quelles sont les plus grandes arnaques de l’eau ?

Dernière mise à jour : 20 mai

Les communications sur l’eau sont malheureusement loin d’être limpides. Entre les exagérations commerciales et les fausses promesses du marketing, il est encore trop fréquent de boire la tasse. Quelles sont les plus grandes arnaques de l’eau et exagérations du marketing eau ? Surprises et solutions écologiques sans plastique avec l'auteur du livre La Qualité de l'eau.

Les arnaques de l'eau sont malheureusement légion et il est relativement facile de boire la tasse. Quelles sont les plus grosses arnaques de l’eau et les exagération du marketing eau ? Surprises et solutions avec l'auteur du livre La Qualité de l'eau (Ed. Médicis, 2020)
Les arnaques de l'eau, légion comme les poissons dans l'eau...

L’arnaque ne correspond pas nécessairement à un mauvais produit – cela arrive aussi – mais à une différence entre ce qui est annoncé et le résultat obtenu. Le marketing ose tout et c’est d’ailleurs à cela qu’on le reconnaît !


Marketing des embouteilleurs vis-à-vis de la pureté de leur eau (alors qu’une eau n’est jamais pure), de sa propreté (alors qu’elle est dorénavant la plus souvent polluée, notamment par des microparticules de plastique) et, surtout, de l’intérêt des minéraux (alors que nous sommes hétérotrophes et donc incapables d’assimiler correctement les minéraux des eaux). « Buvez éliminez » clamait la publicité mais il ne s’agissait pas d’éliminer les graisses mais les minéraux… via un surtravail des reins !


Marketing des régies et des pouvoirs publics vis-à-vis de la qualité de leur eau du robinet, alors qu’elle n’est que "potable" et donc tributaires de normes techniques et administratives en berne. La plus souvent polluée, alcaline et oxydante (à cause du chlore), elle se situe énergétiquement (richesse en protons et en électrons), comme le précise la Bioélectronique de Vincent, sur le terrain des cancers, des virus et des vaccins…


Marketing de certains fabricants avec par exemple une fontaine américain présentant ses filtres comme « les plus efficaces et durables de la planète » (sic !) via un « secret commercial exclusif » (re-sic !) Il s’agit en réalité surtout de saturer le marché d’exagérations et de mails… en occultant le fait qu’il existe évidemment de meilleurs filtres (l'osmose inverse pour commencer), que l’eau obtenue est rendue plus alcaline (ce qui est une absurdité) ou que le gros bac se chargera nécessairement de bactéries puisque l’eau y est stagnante et à température ambiante…


Même chose avec le marketing des fontaines à eau des entreprises, soit sous la forme de grosses bonbonnes peu pratiques et fort peu écologiques, soit sous la forme de filtres de base, risque de proliférations microbiennes dans le réservoir dans les deux cas !


Marketing enfin des solutions de dynamisation avec des photos de cristallisation type Masaru Emoto présentés à tort et à travers. Face à de l'eau chlorée du robinet, n'importe quel système de dynamisation améliorera les choses et permettra en effet de constater une eau plus douce et agréable à boire. Est-ce à dire pour autant qu'il s'agit du meilleur système, de la meilleure énergie ? Entre la cruche à vortex budget et le Biodynamizer nec plus ultra, il y a tout de même un peu de marge...


Le danger réside aussi dans les revendeurs de solution unique – la plupart du temps sincères mais très mal formés – qui ont évidemment un intérêt à enjoliver leur merveilleux produit. Le produit convient-il véritablement aux besoins ? Est-il d'un si bon rapport qualité-prix que cela ?


Méfiance, surtout, avec les revendeurs recrutés sous forme de réseaux pour vous proposer, à prix d'or, par exemple une eau thérapeutique miraculeuse, ionisée, très anti-oxydante mais très alcaline… et donc sur le terrain des bactéries ! Le petit appareil Idrogen fait la même chose mais sans toucher au pH et pour une fraction du prix !


Méfiance évidemment vis-à-vis de électrolyse de l'eau. L'électrolyseur n'est pas un appareil scientifique de mesure de la qualité de l'eau et il a toujours été utilisé par des charlatans pour faire peur (c'est noir ! c'est vert !) et vendre leurs systèmes de filtration. Une électrolyse sert essentiellement à démontrer la capacité de conduction du courant électrique dans l'eau et donc la richesse en minéraux de l'eau. Toute eau minérale changera donc de couleur ! Les électrode bas de gamme - made in China - sont en outre sont en fer et s'oxydent rapidement. Non, il n'y a pas de graphène dans l'eau !


Méfiance aussi avec les promotions de dernière minute, en porte à porte ou sur des sites internet d’influenceurs / influenceuses qui comme leur nom l’indique "influencent" mais ne précisent pas qu’ils/elles sont rémunérées pour parler du produit ou interviewer le fabricant.


La plus grosse arnaque demeure toutefois l’adoucisseur d’eau à sodium qui cumule les tares : marketing débridé (pour faire croire qu’il est sans danger voire écologique), absence de formation des installateurs sanitaires et marge énorme pour pousser à la vente, au détriment de la qualité de l’eau ! Avec un adoucisseur à sel, il vous faut forcément un osmoseur, porte ouverte à une autre série d'arnaques...


Bref, de la nécessité d’avoir un minimum de choix, de recul et de réflexions afin de ne pas se faire avoir. Trouver un filtre et une dynamisation appropriés - c'est-à-dire adaptés à sa configuration et son budget - est le seul moyen de retrouver le plaisir de boire et de bénéficier enfin, via une eau véritablement biocompatible, d’une hydratation de qualité !


Pour en savoir plus :

Les 3 problématiques et solutions Eau : www.solutionsbio.ch/eau

Vidéo Conférence-Tutoriel : Les solutions concrètes (19’53) Le portail de référence sur l’eau : www.lemieuxetre.ch/eau

Mon livre La qualité de l’eau (Ed. Médicis, 2020)

Me contacter pour une analyse gratuite et experte de votre situation : +41 (0)76 532 8838 (rappel possible), sms ou mail


401 vues0 commentaire