Au-delà de l'eau H2O et des préjugés scientifiques...

Dernière mise à jour : 5 déc. 2021

Quoi de plus banal que l’eau ? L'eau H2O, aqua simplex, ne va-t-elle pas de soi, raison pour laquelle les médecins n’y sont pas formés ? Et si la qualité et le respect de l’eau H2O passaient par la compréhension de sa complexité, de son mystère fondamental ? Surprises et solutions avec l'auteur du livre La Qualité de l'eau.

L’eau peut semble aqua simplex mais elle est en réalité aqua complex… et fort complexe d’ailleurs au regard de ses quelques 63 anomalies ou sa propriété à s’associer à d’autres molécules d’eau à l’échelle de la picoseconde, 1000 milliards de fois par seconde ! Eh oui, l’eau est bien plus qu’H2O…
La molécule H2O, mystère du Mystère… Porte de la compréhension !

Deux atomes d’hydrogène – étymologiquement, « qui engendre l’eau » – reliés à un gros atome d’oxygène. La formule H2O est limpide, mais loin de rendre compte de la complexité de l’eau.


Tout d’abord, personne n’a jamais vu de molécule d’eau : estimées à 0,3-0,5 nanomètre, soit 0,3-0,5 milliardième de mètre, 100 trillions de molécules d’eau tiennent dans une seule goutte d’eau !


Ensuite, les liaisons (très) dangereuses pour la communauté scientifique des molécules d’eau via la « liaison hydrogène » : elles se font et se défont 1 000 milliards de fois par seconde, dans toutes les combinaisons possibles. La science étant incapable de mesurer les interactions de plus de trois molécules, on imagine sa perplexité devant l’eau. Est-ce la raison pour laquelle la plupart des scientifiques ne veulent pas se mouiller et s’en tiennent à la banale formule eau H2O ?


H2O seul n’existe pourtant pas ! L’eau est un solvant tellement puissant qu’elle n’est jamais totalement pure. On étudiera ainsi l’eau sous la forme de "solutions aqueuses"… ce qui rajoute encore à sa complexité.


« Un scientifique honnête devrait admettre qu’il ne sait pas ce qu’est l’eau en réalité. Elle ne peut être expliquée ni par les moyens physiques ni par les moyens chimiques offerts par la science courante. L’eau est une impossibilité scientifique » (Wilfried Hacheney, physicien et chercheur allemand)

Aucune personne – fût-elle à la fois chimiste, biologiste et physicien quantique – n’est capable de comprendre l’eau, ses trois phases officielles (liquide, solide et gazeuse), sa quatrième phase énergétique et ses quelque 63 anomalies.


Par exemple, l’eau atteint son volume maximal (+ 8 %) lors de sa solidification, là où les autres corps se contractent… L’eau sous forme solide est plus légère que sous forme liquide, d’où la flottaison des glaçons… Ses points de fusion et d’ébullition sont plus élevés que pour les autres liquides… Sa tension superficielle (qui explique la forme sphérique de la goutte d’eau) est dix fois plus importante qu’elle ne devrait théoriquement l’être…


Les propriétés mystérieuses de l'eau H2O, terra incognita, pourraient occuper des milliers de scientifiques durant des milliers d’années. Depuis l’affaire Benveniste et sa "mémoire de l’eau", nous savons toutefois que s’intéresser différemment à l’eau est, pour un scientifique, le meilleur moyen de perdre ses subventions… et sa crédibilité ! Le Prix Nobel Luc Montagnier a bien essayé de reprendre les recherches mais il fut aussitôt taxé de sénilité et obligé de s’expatrier en Chine...


« Difficile pour un homme de comprendre une chose si son salaire dépend de ce qu’il ne la comprenne pas », disait Upton Sinclair. Or l'énergie de l'eau est taboue et l’essentiel des budgets de la recherche est désormais le fait des multinationales… qui n’ont pas grand intérêt à améliorer la qualité de l’eau ! La curiosité intellectuelle est permise mais, sans équipe ni budget importants, les avancées demeurent globalement individuelles et limitées à l’aura et à la passion du chercheur… ainsi qu’à sa spécialité !


De toute manière, du point de vue du grand public, le Dr Masaru Emoto est la référence. À l’origine des magnifiques clichés de cristaux d’eau et de plusieurs livres best-sellers, il n’était toutefois pas scientifique mais artiste ! De fait, ses procédures expérimentales ne respectent pas le protocole scientifique de base, ses photos ont été sélectionnées « selon les critères de la beauté » et son diplôme de « docteur » est un titre non officiel de docteur en médecine alternative de l’Open International University for Alternative Medicine d’Inde, dont la formation d’une année coûtait (en mai 2013) moins de 250 euros. Enfin, ses photos, disséminées n’importe où et pour n’importe quoi, relèvent globalement de la manipulation marketing. Que reste-t-il alors ? Heureusement, le principal : des photos qui émeuvent, troublent et interpellent grâce à une technique avant-gardiste permettant de prendre conscience de l’influence de la pensée, de la prière, de la musique… ou de la pollution sur la structure et donc la qualité de l’eau, sensible au moindre des stimuli.


« Nier parce qu’on n’explique pas, rien n’est moins scientifique », a dit le physicien Henri Poincaré, mais la science est globalement entrée dans l’obscurantisme des intérêts financiers. Considérer que l’eau doit respecter le dogme scientifique est ainsi le meilleur moyen de la reléguer à eau H2O, de ne jamais la prendre au sérieux et de nier notamment son aspect énergétique. L’eau est un mystère et seule l’acceptation de ce Mystère ouvre la Porte de la compréhension et du respect de cet élément. C’est l’intuition de toutes les spiritualités, à l’instar de celle de Lao Zi :