• Benoît Saint Girons

L’eau alcaline est-elle vraiment meilleure pour la santé ?

Mis à jour : juil. 2

Grâce au marketing et intérêts commerciaux, l’eau alcaline est parée de toutes les vertus… Pourtant, les experts en eau s’accordent plutôt sur son peu d’intérêt voire sa dangerosité. Qui croire ? Quelques surprises et éléments de réflexion avec l'auteur du livre La Qualité de l'eau.

L’eau alcaline est réputée meilleure pour la santé et la vitalité mais il s’agit en réalité d’un mythe très rentable car alcalinité signifie en réalité moins d’énergie magnétique. Vous ne vous sentirez donc pas mieux avec une eau alcaline, au contraire.
Une meilleure vitalité grâce à l’eau alcaline ? Certainement pas, au contraire !

Le point sur l’eau alcaline en 2 minutes chrono :


La question de l’équilibre acido-basique est un excellent moyen de jauger la compétence d’un thérapeute ou d’un (pseudo-)expert, car nombreux sont ceux qui perdent l’équilibre ! Une personne en acidose devrait-elle privilégier de l’eau alcaline ? Si l’on vous répond « oui », changez sans hésiter de source d’information !


Il s’agit de ne pas confondre alcalin et alcalinisant ou acide et acidifiant. Un effet alcalin dans l’estomac s’obtient en buvant… du jus de citron, très acide et donc alcalinisant… grâce à l’effet « tampon » de l’organisme !


Ensuite, il s’agit de prendre en considération l'énergie de l'eau : alcalin signifie moins d’activité des ions hydrogène, c’est-à-dire moins de facteur magnétique, moins d’énergie. En quoi une eau moins énergétique (alcaline donc) serait-elle bénéfique à la santé ou à la vitalité ?


D'ailleurs, si les eaux alcalines étaient bonnes pour la santé, cela se saurait puisque les eaux du robinet sont toujours alcalines : une eau acide corrode en effet la tuyauterie et les eaux du robinet sont donc toujours maintenues alcalines, quitte à devoir pour cela artificiellement augmenter le pH, comme à Genève.


Plus concrètement, tous les aliments de la malbouffe tendent vers une moindre acidité (voire sont alcalins comme le lait UHT ou le sucre blanc 100% raffiné) et une oxydation beaucoup plus importante. Ce sont, avec le stress, les pollutions, les eaux chlorées, la viande, les médicaments et la chimie, les premiers responsables de l’acidose de l’organisme.


Au contraire, tous les aliments haute vitalité – graines germées, algues, jus de légumes frais, thé vert, pain complet au levain, produits lacto-fermentés… – et globalement les fruits et légumes (idéalement bio) sont légèrement acides (et anti-oxydants), donc alcalinisants pour l’organisme. Idem pour les meilleures eaux de source à la source, notre référence qualitative.


Les étiquettes des eaux en bouteille sont assez révélatrices. Le pH n’y figure pas ? C’est mauvais signe et mieux vaudrait éviter. Il y figure ? Il s’agit alors toujours du pH à la source (et non après embouteillage et stockage) mais vous voilà avec une bonne indication de l’énergie magnétique originelle et donc de la qualité intrinsèque de l’eau. Les meilleures eaux (légèrement acides et faiblement minéralisées) se trouvent en magasins bio mais il est possible d'obtenir un excellent résultat énergétique chez soi via une filtration et une dynamisation de qualité.


Dans tous les cas, il convient de raison garder. Si une eau alcaline n’a donc aucun intérêt (sauf pour la tuyauterie), il n’y a pas de réel souci non plus (en eau de consommation courante) en dessous de 7,5, sachant que la norme de potabilité tolère un maximum de 9 ! Le pH n’est en outre que l’un des critères qualitatifs des eaux véritablement biocompatibles


En savoir beaucoup plus sur l’eau alcaline (+ 9 minutes) :


Qu'est-ce qu’une eau alcaline et comment le mesure-t-on ?


Le pH ou Potentiel Hydrogène mesure la capacité énergétique d'un milieu (sa charge en proton (H+) et son caractère acide ou alcalin. L'échelle varie de 0 à 14 avec une neutralité à 7. Une solution avec un pH inférieur à 7 est acide (riche en protons H+ et création d'un champ magnétique positif) tandis qu'il est basique ou alcalin si supérieur à 7 (pauvre en protons H+ et champ magnétique négatif). Une baisse d'un point de pH signifie qu'il y a 10 fois plus d'ions H+ et inversement.


Plus une eau est alcaline et moins elle possède d’énergie magnétique… ce qui n’est donc pas forcément une bonne nouvelle pour l’organisme. Tous les aliments de la vitalité sont ainsi acides tandis l’eau de mer a un pH de 8, le savon de 9 à 10, l'eau de javel de 12, la chaux de 12,5 et la soude caustique de 13 à 14.


Cela ne nous viendrait pas à l’idée de manger du savon mais cela n’empêche pas le marketing de nous proposer des eaux très alcalines, au-delà d’un pH de 9, parées de toute une série de vertus santé…


L’eau alcaline bénéfique pour la santé ?


"L’eau alcaline apporterait de nombreux bénéfices aux corps. Elle ralentirait le vieillissement et préviendrait de nombreuses maladies en réduisant l’acidité du corps." peut-on lire sur un site de nutrition.


En réalité, comme nous le verrons, ce n'est pas l'eau alcaline mais l'eau anti-oxydante (obligatoirement associée pour certains appareils type Kangen à un eau plus alcaline) qui permet d'obtenir de tels effets bénéfiques à savoir, toujours selon le même site :

  • Ralentir le processus de vieillissement

  • Maintenir l’intégrité des intestins

  • Renforcer le système immunitaire

  • Améliorer la détoxification

  • Améliorer la santé de la peau

  • Retarder la fatigue musculaire et augmenter la performance.

  • Favoriser la perte de poids

  • Protéger efficacement le corps des infections et maladies

Bref, la panacée universelle !


« Bien que la science ne puisse pas encore le confirmer » précise tout de même le site et la science aura en effet du mal à expliquer comment une substance moins énergétique (moins chargée en protons H+) pourrait avoir autant de vertus...


La question de l’équilibre acido-basique…


Selon un certain nombre de personnes mal informées et de revendeurs en réseau d’appareils à eau alcaline (le plus fumeusement célèbre étant l’eau Kangen japonaise), nous serions tous en acidose et aurions donc besoin d’eau alcaline pour nous requinquer… La logique est aussi simple que simpliste : mon corps est en surplus d’acides donc je vais lui donner des aliments alcalins et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes…


"L’eau alcaline apporterait de nombreux bénéfices aux corps. Elle ralentirait le vieillissement et préviendrait de nombreuses maladies en réduisant l’acidité du corps." peut-on lire sur certains sites internet de nutrition. En réalité, ce n'est pas l'eau alcaline mais l'eau anti-oxydante (obligatoirement associée pour certains appareils type Kangen à un eau plus alcaline) qui permet d'obtenir de tels effets bénéfiques.


Cette eau est en effet obtenue par électrolyse ou « dissociation ionique de l’eau » en ions hydronium et en hydroxyde : H2O <=> H++ et HO-. Le milieu est acide s’il y a davantage d’activité ou de concentration de H+ et alcalin/basique s’il y a davantage de HO-


Le problème est que cette magnifique théorie se heurte à la complexité du corps humain et à l’effet tampon ou plutôt aux effets tampons (fonction respiratoire, rein, protéines, etc) destinées justement à réguler le pH sanguin qui, hors pathologies, n’est pas censé varier beaucoup autour de 7,40.


Car oui, le pH sanguin est toujours normalement alcalin et il deviendra d’ailleurs encore plus alcalin sous l’effet de pathologies de type cancer. Plus une personne est en mauvaise santé et plus ses liquides physiologiques deviennent alcalins, c’est-à-dire moins énergétiques, ce qui semble logique.


Il faudrait donc être particulièrement optimiste – ou toujours très mal informé – pour penser pouvoir influencer le pH corporel via l’alimentation ou l’eau de boisson. L’équilibre acido-basique n’est pas une approche nutritionnelle mais avant tout une fonction du corps humain visant à l’homéostasie du pH.


«Dans l’organisme, le pH est très puissamment régulé. L’eau de boisson n’a aucune influence.» déclare Dominique Eladari, chercheur de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), spécialiste de la physiologie rénale et de la régulation acide/base. Confirmation avec le Dr. Pierre Bressy: « Sil est relativement facile de modifier un rH2, il n'en est pas de même du pH, l'équilibre acido-basique ou magnétique étant la résultante de gros assemblages de protons.» précise le Dr. Pierre Bressy.


Eau alcaline ou alcalinisante ?


Il y a évidemment et heureusement des choses à faire en matière de nutrition afin d’optimiser sa vitalité mais encore faudrait-il ne pas de tromper de critères de sélection… et donc de qualité d’eau !


Pour commencer, il y a chez un certain nombre d’acteurs de toute évidence confusion entre pH élevé (alcalinisation immédiate) et indice PRAL ou « Potential Renal Acid Load » (alcalinisation retard), qui permet de distinguer les aliments alcalinisants des aliments acidifiant, via l'effet tampon de l'organisme. De fait, une alcalinisation immédiate sur le long terme serait plutôt cancérigène ! La bioélectronique de Vincent considère également le pH alcalin comme un terrain propice aux virus et aux bactéries.


S’il est possible de considérer que nous tendons plutôt vers l’ acidose du fait d’une alimentation délétère (ou du stress), le problème ne vient certainement pas de l’alimentation acide (tous les aliments haute vitalité ainsi que les fruits et légumes le sont) mais de la malbouffe à tendance nettement moins acide voire alcaline. Encore une fois, il s’agit de ne pas oublier l’effet tampon de l’organisme et donc de ne pas confondre alcalin et alcalinisant ou acide et acidifiant.


Eau alcaline ou énergétique ?


Il était sans doute plus facile de parler d’eau alcaline que de potentiel d’oxydo-réduction ou de rH2 réducteur. L’acidité a mauvaise réputation alors que l’alcalinité est curieusement associé à un monde plus doux, en tout cas moins corrosif.


Mais nous ne sommes pas fait de métal et nous avons au contraire besoin d’énergie magnétique !


Les eaux du robinet sont toujours alcalines (et oxydantes) et donc sans intérêt énergétique pour l’organisme mais certaines eaux minérales parmi les plus réputées (grâce au marketing) le sont également et il serait de mauvais goût de rappeler que les meilleures eaux de sources sont au contraire acides… car faiblement minéralisées.


Nous retrouvons en effet un lien entre le pH de l’eau et sa minéralité et c’est la raison pour laquelle l’osmose inverse est la seule méthode avec le distillateur – en supprimant la majorité sinon la totalité des minéraux – pour faire baisser l’alcalinité et donc le pH de l’eau. Et si le distillateur est déconseillé car trop artificiel, l’osmose inverse est au contraire conseillé par la majorité des experts en eau (mais pas forcément dans toutes les configurations)


L’alcalinité en réalité n’est que l’un des critères de l’eau de qualité et il est nettement moins important que le taux d’oxydo-réduction qui distingue les eaux oxydantes (eaux du robinet et pas mal d’eau minérales en bouteilles) et les eaux anti-oxydantes permettant de lutter contre les radicaux libres (meilleures eaux de sources et dispositifs de dynamisation performants).


Les meilleurs aliments sont acides et anti-oxydants…


Les meilleures eaux, capables de lutter contre les acides du corps ont toujours un pH légèrement acide, entre 6,5 et 6,8. Mis à part les eaux gazeuses possédant un taux de bicarbonate élevé, ces eaux sont généralement peu chargées en minéraux.


Autre paramètre lié au pH, leur taux d’oxydo-réduction est également meilleur, selon la formule rH2 = (33,3 x E) + 2pH ou E est le potentiel redox, facilement mesuré par une électrode. Le rH2 est rarement calculé car il donne une toute autre perspective à l’eau ou aux aliments.


Dans le cas de l’eau de Genève par exemple, un technicien m’avait communiqué en 2013 un potentiel redox (E) de 761 mV en moyenne soit 0,761 Volts. Avec un pH connu de 8, nous pouvions ainsi calculer un rH2 de 41,34 soit une eau très oxydante, ce que confirme l’impact de l’eau sur la peau. Si le pH avait été neutre à 7, le rH2 ne serait plus que de 39.34 c’est-à-dire moins oxydant, davantage chargé en électrons.


Une solution avec un rH2 inférieur à 28 est réductrice (riche en électrons qu'elle cèdera) tandis qu'elle est oxydante entre 28 et 42 (pauvre en électrons qu'elle captera). Or, selon Jacques Collin, "L'absence d'électrons c'est la mort thermodynamique de la machine humaine qui ne peut plus métaboliser les nutriments [...] Pour métaboliser le sucre, l'organisme doit fournir deux électrons par molécule […] La base de la vie se nourrit d'électro-négativité!" [...] "il y a donc lieu de rechercher la richesse électronique de l'eau" Une telle eau apportera ainsi des électrons au lieu de les prendre.


Au final, le pH est un paramètre physico-chimique important mais l’énergie électrique mesuré par le rH2 l’est encore davantage. Ce paramètre est toutefois tabou car ni les eaux du robinet ni les eaux en bouteilles plastique ne démontrent une belle énergie.


Alcalin, le terrain des virus ou des bactéries…


La biolélectronique de Vincent (BEV pour les intimes) classe facilement les eaux et les aliments sur un bioélectronigramme en fonction de ces 2 critères, pH et rH2.


Les eaux alcalines (pH >7) et oxydantes (rH2 > 28) sont en terrain 3, la zone des forces de dégradation de la vie qui comporte peu de protons et peu d'électrons. Selon Richard Haas, c'est le "terrain de l'homme moderne", un milieu favorable aux virus, aux maladies de civilisation (dont le cancer), au sucré et aux vaccins. On y retrouve l'eau du robinet traitée et stérilisée (chlore-ozone) et un certain nombre d’eaux minérales en plastique.


Les eaux alcalines (pH >7) et anti-oxydantes (rH2 < 28) sont en terrain 4, la zone des forces de destruction qui comporte peu de protons et beaucoup d'électrons. "C'est le milieu favorable aux maladies infectieuses à microbes pathogènes, à la putréfaction, au salé et aux algues brunes." précise Richard Haas. C'est également dans cette zone que se situe les eaux ionisées de type Eau Kangen.

Les eaux ionisées alcalines


Les eaux ionisées très alcalines made in Japan ont fait leur buzz et donc leur temps mais elles continuent de bénéficier d'un marketing débridé et donc de faire des dégâts chez les acheteurs crédules.


Ces eaux ionisées aussi appelées "Eaux ionisées alcalines réductrices synthétiques" (EIAR) peuvent certes être ponctuellement intéressantes pour des pathologies spécifiques (sous supervision médicale) mais sont à éviter en eau de consommation courante. Il s'agit en effet d'une eau qui s'éloigne fondamentalement de l'eau naturelle avec des paramètres énergétiques très spécifiques.


"Des études expérimentales sur des rats indiquent qu'il existe une toxicité cardiaque lorsque ces animaux sont abreuvés avec de l'eau alcaline" indique Yann Olivaux. « En cas de surdose, il est possible que vous ressentiez les effets d’une alcalose qui sont des tremblements, des nausées, des vomissements et des vertiges. » précise le site de nutrition après avoir curieusement indiqué « vous ne prenez aucun risque particulier en en consommant. » Allez comprendre...


Enfin, les Pr Marc Henry et Jacques Chambron de l'Université de Strasbourg émettent de sérieuses critiques vis-à-vis de l'usure des électrodes recouvertes de platine qui se dégraderaient au fil du temps et finiraient par relarguer de ce métal des nanoparticules très réactives, probablement toxique pour l'homme. L'eau ionisée alcaline de type Kangen s'obtient en effet par électrolyse. . L'eau ionisée alcaline de type Kangen s'obtient en effet par électrolyse. A l'anode se produit une réaction d'oxydation avec production d’oxygène (O2). La cathode est quant à elle le siège d'une réaction de réduction avec production de dihydrogène (H2).


Les revendeurs de tels appareils sont-ils médecins ou thérapeutes ? Rarement et, au regard des risques, cela signifie qu'ils jouent plus ou moins aux apprentis sorciers. Ils auront beau jeu de prétexter que tout le monde est, de nos jours, plus ou moins malade (du fait d'une eau inappropriée ?) mais personne n'a encore inventé le médicament universel à tous les troubles (à l'exception de la nature, comme le disait Hippocrate) et ce qui est ponctuellement bon pour l'un sera mauvais pour un autre et toujours problématique sur le long terme !

L’eau hydrogénée : les bénéfices sans les risques


L’eau ionisée alcaline a d’autant moins d’intérêt aujourd’hui que des appareils permettent d’obtenir une eau très anti-oxydante sans toucher au pH. Le petit boitier Idrogen par exemple, de troisième génération (avec membrane). A partir d’une base d’eau osmosée neutre ou légèrement acide, on se retrouve ainsi sur le terrain des meilleurs aliments haute vitalité (produits lacto-fermentés, fruits et légumes bio, graines germées, algues, etc).


Le dihydrogène moléculaire (H2) produit est polyvalent mais sélectif: il ne touche pas aux dérivés réactifs de l'oxygène (DRO) inoffensifs mais élimine les DRO toxiques à savoir les radicaux libres hydroxyles en se transformant immédiatement en eau à leur contact (phénomène que l'on appelle "réduction"). Il n'y a ainsi aucun risque ou danger. Au contraire, des milliers d’études en démontreraient les bénéfices pour lutter les inflammations, l’acidose, le diabète, les allergies ou encore les dermatites. L'eau hydrogénée aide également les sportifs à récupérer plus rapidement.


Le dihydrogène moléculaire (H2) se diffuse avec un effet tropisme dans tout le corps à grande vitesse et, contrairement à d'autres antioxydants (vitamine E, cornzymes Q10) est capable de pénétrer la membrane cellulaire (constituée de lipides) pour atteindre jusqu'au cœur des cellules. La sensation d'hydratation et d'énergie ressentie est en effet remarquable.

Cette eau très spécifique n'a pas vocation à remplacer l'eau de consommation courante (correctement filtrée et dynamisée) mais à s'y rajouter en tant qu'eau thérapeutique… et pour une fraction du prix des eaux ionisées alcalines de type Kangen !


Pour en savoir encore plus sur l'eau alcaline et l'énergie de l'eau :

Les 3 problématiques et solutions Eau : www.solutionsbio.ch/eau

Vidéo Conférence-Tutoriel : La vraie qualité de l’eau (21’58) Le portail sur l’eau : https://www.lemieuxetre.ch/eau

La Fiche pdf : La Bioélectronique de Vincent

Mon livre La qualité de l’eau (Ed. Médicis, 2020)


Posts récents

Voir tout