Journée Mondiale de l’Eau. Et si apprécier son eau était le meilleur moyen de la protéger ?

Dernière mise à jour : 20 mai

Nous voyons fleurir tous les ans, lors de la Journée Mondiale de l'Eau, toute une série de réflexions quantitatives sur les ressources en eau et la nécessaire préservation de cette ressource vitale… Dont acte mais est-ce efficace ? Nous avons la chance, dans nos contrées, de bénéficier globalement de suffisamment d’eau. Ne devrions-nous donc pas plutôt nous centrer sur sa qualité, en l'état assez désastreuse si chlorée ou "emplastiquée" ? Retrouver le plaisir de boire ne serait-il pas l’essentiel d’une démarche écologique ? Alors nous respecterions enfin cet élément à sa juste valeur !

La journée mondiale de l'eau nous incite à réfléchir à cette ressource aussi précieuse que nécessaire. Mais la réflexion sur la quantité ne devrait-elle pas plutôt faire place à une réflexion sur la qualité. Est-ce que j’arrive à boire avec plaisir mon 1,5 L d’eau par jour et si non, pourquoi ?  Si je n’aime pas l’eau, comment puis-je être en santé ou en vitalité, comment puis-je respecter et protéger l’eau ?  Surprises et solutions avec l’auteur du livre La qualité de l’eau.
La beauté de l'eau jusqu'à nos robinets, vraiment ?

En théorie, tout le monde aime évidemment l’eau. En pratique, on y préfère souvent autre chose. Qui arrive à boire avec plaisir son 1,5L d’eau plate et tempérée par jour ? Peu de citoyens car ni l’eau du robinet chlorée, ni les eaux en bouteille "emplastiquées" et trop minéralisées ne sont en effet adaptées à un organisme constitué à 99% de molécules d’eau.


Comment du coup vraiment respecter l’eau si je n’ai pas plaisir à la boire (d’où une déshydratation chronique), si elle m’irrite la peau (car très oxydante comme par exemple l’eau de Genève) ou finit aux toilettes ? Comment apprécier l’eau si elle fait l’objet d’un business marketing intensif, gonfle les caisses de multinationales prédatrices ou recouvre les océans de plastique ? Comment considérer l’eau à sa juste valeur si elle est noyée dans les conflits d’intérêts et les arnaques en tous genres ?


« Nous sommes mal en point car nous maltraitons l’eau. Améliorons enfin sa qualité et nous irons tous beaucoup mieux. » (La qualité de l’eau, Ed. Médicis, 2020).

Il est aussi possible de prendre la réflexion à l’envers : l’eau est en péril parce que nous nous maltraitons et ne respectons plus les besoins vitaux de notre nature. Centrons-nous sur nos fondamentaux et alors nous dégagerons forcément les ressources requises pour retrouver le plaisir de boire une eau véritablement biocompatible ! Le cercle est vertueux !


Les médecins ne sont pas formés à la qualité de l’eau (le plus gros scandale de l'eau en Occident avec les adoucisseurs à sodium) et nous sommes en droit de nous demander pourquoi. Les scientifiques perdent leurs subventions lorsqu’ils s’intéressent de trop près – comme Jacques Benvéniste ou Luc Montagnier – à la complexité de l’eau et ceci devrait nous interroger. Qui a donc intérêt à ce que l’eau reste H2O, aqua simplex ? Qui trouve un intérêt (économique) à ce que l’eau distribuée soit d’une aussi piètre "potabilité" avec des paramètres énergétiques (protons + électrons) désastreux ?


Les messages de l’écologie politique sont ridicules et c’est d’ailleurs à cela qu’on la reconnaît. En écologie personnelle, il est vertueux de prendre des bains car c’est un excellent moyen pour apprécier l’eau, se calmer et réfléchir (voir s'y réfléchir). Il est absurde par contre de continuer à essayer de consommer de l’eau chlorée du robinet car c’est le meilleur moyen de nous dégoûter de l'eau et donc d'être fragilisé par défaut d’hydratation...


La véritable écologie n’est pas dans les économies d’énergie du système mais dans la préservation de sa propre énergie. Nous avons la chance de bénéficier d’une eau potable sur tous nos robinets. Filtrons-la afin d’en retirer le chlore (et une partie des résidus de médicaments et de pesticides) puis redonnons-lui de l’énergie afin de lui faire retrouver les caractéristiques vibratoires (tout est vibration !) d’une eau de source au naturel : douce et hydratante, enfin agréable à boire, véritablement biocompatible !


Alors je pourrai remercier l’eau à chaque verre. Alors je ne serai plus tributaire des cosmétiques chimiques pour l’hydratation de ma peau. Alors je n’aurai plus besoin des bouteilles en plastique !


Voilà quels devraient être les messages de nos politiques s’ils avaient vraiment à cœur la santé et la vitalité de leurs citoyens, s’ils s’intéressaient vraiment à la préservation de l’eau, ressource vitale de l’humanité et non simple bien de CONsommation !


Pour en savoir plus sur le respect de l'eau : Les 3 problématiques et solutions Eau : www.solutionsbio.ch/eau Vidéo Conférence-Tutoriel : La vraie qualité de l’eau (21’58) Le portail de référence sur l’eau : www.lemieuxetre.ch/eau La Fiche pdf : L’eau et la vie Mon livre La qualité de l’eau (Ed. Médicis, 2020)

Me contacter pour une analyse gratuite et experte de votre situation : +41 (0)76 532 8838 (rappel possible), sms ou mail



30 vues0 commentaire