Les carafes filtrantes sont-elles efficaces ? Quels sont les risques et comment les utiliser ?

Autre question pratique (à 17 :20) dans l’émission Allo Docteurs intitulée "Bien choisir son eau" (mai 2020) : "Les carafes filtrantes sont-elles vraiment utiles ?" Bonne réponse du médecin nutritionniste avant que le Professeur ne sème à nouveau la confusion. Mise au point, sans dogmatisme ou langue de bois avec l'auteur du livre La qualité de l'eau (Ed. Médicis). Quels sont les risques des carafes filtrantes ? Comment utiliser correctement la carafe filtrante ? A vous de choisir votre source… d’information !

Cette question est récurrente dans les émissions grand public, preuve que les consommateurs sont totalement déboussolés… De fait, la journaliste-médecin rigole de la vicieuse question et ajoute un curieux « ça dépend pour quoi », comme si une réponse négative allait de soi…


Ce n’est plus vraiment son domaine d’expertise et le médecin hésite donc un peu avant de répondre : « Elles sont utiles si elles sont bien utilisées. Elles peuvent effectivement débarrasser de certains résidus, du chlore, éventuellement de métaux présents dans les eaux mais à condition de changer régulièrement le filtre - ce qui n'est pas toujours le cas - sinon il y a un risque de relargage aussi de l'autre côté. »


Il aurait pu en rester là et c’était somme toute une bonne réponse : l’utilité n’est avérée que si la carafe est correctement utilisée avec un changement très régulier des filtres, ce qui est en pratique rarement le cas… Bon, il aurait également dû parler des risques de prolifération microbienne dans le réservoir (comme dans le cas de toute fontaine à eau) mais ne boudons pas notre plaisir d’avoir enfin une réponse pratique correcte, sans trop de confusion.


Mais voilà qui était par trop anormal pour l’émission alors le voilà qui balbutie en conclusion : « Je ne pense pas [que les carafes filtrantes sont utiles]... Pour moi ça n'a pas une utilité fantastique et extraordinaire. »


Et nous revoici donc avec une énième confusion : c’est utile mais en fait pas tant que ça et cela peut même être dangereux… Comprenne qui pourra !


Le professeur en pharmacie prend le relais sur la critique : « Il existe des résines à bas prix dont on ne sait pas trop d'où elles proviennent qui peuvent être commercialisées sur internet et qui peuvent dégrader la qualité de l'eau. Donc en gros une carafe en plastique déjà c'est pas une bonne idée, utiliser une carafe alors que l'eau est potable au robinet, c'est pas une bonne idée non plus et si on a un doute et qu'on a l'impression qu'il faut enlever des contaminants, c'est grave, ça veut dire qu'il faut aller voir le Maire et lui dire "votre eau n'est pas potable, y a quelque chose qui va pas" ».


Les arguments, essentiellement dogmatiques, partent à nouveau dans tous les sens :


- Certains filtres sont en effet bas de gamme – et toujours sous forme de granules dans les carafes – mais tous ne comportent pas de résines échangeuses d’ions destinées à limiter la dureté de l’eau en rajoutant du sel, comme pour les adoucisseurs, ce qui est effectivement une très mauvaise idée pour l’eau de boisson. Il est donc important de bien choisir sa marque de filtres et donc de carafe filtrante.


- Le plastique de la carafe est-il problématique ? On préférerait sans doute du verre mais ce ne serait alors pas le même poids ou tarif. Si l’usage de la carafe filtrante en plastique permet de limiter l’usage de bouteilles plastiques, alors la Planète s’y retrouve largement. Le type de plastique dur utilisé est en outre alimentaire et donc sans soucis, sauf à la chauffer au micro-ondes ou à l’exposer en plein soleil.


- Utiliser une carafe alors que l'eau est potable au robinet ne serait pas une bonne idée ? Si l’eau n’était pas potable, il faudrait une solution beaucoup plus haut de gamme que la carafe: Ultra Violets (UV) puis osmose inverse pour enlever tout risque. Avec de l’eau potable du robinet, la carafe est au contraire une approche budget acceptable (sous réserve donc d’une bonne utilisation) puisque le premier polluant de l’eau – rajouté par le traitement – est le chlore et que le charbon actif – même en granules – est capable de le supprimer.


- Avoir un doute, c’est grave Docteur ? « Je pense donc je suis » disait pourtant Descartes. « Penser, c’est dire non » renchérissait Alain. Interroger notre environnement est ce qui caractérise l’homme (et l'écologie personnelle) et interroger la qualité de son eau devrait être le premier réflexe pour qui souhaite rester en bonne santé.


- Le professeur est sympa avec les Maires mais ils n’y sont généralement pour rien puisque les normes de potabilité autorisent toute une série de polluants et en premier lieu duquel le chlore ! En outre, en cas de manquement aux règles de potabilité, des dérogations sont possibles : le préfet peut mettre en place des dérogations de trois ans, renouvelées deux fois au maximum – soit tout de même neuf années! – pour autoriser au robinet des eaux dépassant en pollutions les seuils réglementaires. Ainsi, Le Monde a révélé qu’en 2021 en France 12 millions de personnes (soit 20% des Français) ont obtenu une eau ponctuellement NON CONFORME aux normes de potabilité avec des dépassements de seuil pour les pesticides et leurs produits de dégradation...


Et le professeur de conclure : « Donc adoucir une eau pour enlever le calcaire, pourquoi pas, mais c’est un problème de confort, c’est pas un problème de santé » [sous entendu : mais les carafes filtrantes, elles, ne servent pas à grand-chose].


De la carafe filtrante à l’adoucisseur à sodium sans transition histoire de bien tout comprendre ? En l’occurrence l’adoucisseur est le pire traitement possible de l’eau et donc potentiellement un beau problème de santé… et en effet au nom d’un pseudo confort. Rien de tel avec la carafe filtrante, solution de base et budget pour des millions de foyers… qui n’apprécient pas particulièrement l’eau du robinet. Parce qu’ils n’ont pas la chance d’être Professeur en pharmacie ?


Au final, les carafes filtrantes sont-elles utiles ?


La réponse officielle de la Science ou de la Médecine (en tout cas des experts de ce média) est que non, pas trop, puisque l’eau du robinet est potable. A la limite, c’est même dangereux sinon crétin, en tout cas ce n’est « pas une bonne idée ».


L’émission consacrée à l’eau du 15 mars 2016 d’À bon entendeur, le programme phare de la Télévision suisse romande, est également révélatrice. Intitulée « Eau du robinet : faut-il la filtrer en carafe ? », elle fait non seulement le panégyrique de l’eau du robinet (29 éloges en une demi-heure de programme), mais trouve en outre le moyen de faire passer ceux qui s’intéressent à la qualité de l’eau pour des adeptes de la théorie du complot. Evidemment, les carafes filtrantes sont critiquées et relayées au rang de dangereuses solutions…


Essayons de notre côté d’être un peu moins dogmatique et surtout plus limpides :


Les carafes filtrantes ont la cote grâce à leur tarif attractif et à l’amélioration franche du goût de l’eau. Il s'en vendrait en France 5 500 par jour ! Si elles sont plébiscitées par les usagers, plusieurs tests ou reportages ont toutefois révélé leurs limites, voire leurs dangers, à la grande satisfaction des revendeurs d’eau en bouteille. Les tests du magazine Que choisir en mai 2010 ont notamment jeté la carafe dans la mare : « En fin de compte, les résultats sont désastreux pour l’eau filtrée. »


Une carafe mal utilisée cumule les risques et prête donc facilement le flanc aux critiques. Sans considérations énergétiques – sans grande réflexion, donc – de la part des médias, la cause est entendue : les carafes sont inutiles et à éviter !


Mais si on ne peut plus filtrer en confiance, que reste-t-il à part les bouteilles ? En effet, ce type d’article ou d’émission ne traite jamais des solutions plus haut de gamme de filtration et ne donne jamais les règles d’usage des carafes filtrantes… Faire peur ou créer la confusion entérine le statut quo ce qui est évidemment à l’avantage des embouteilleurs !


Il convient, pour limiter les risques, de partir sur une carafe nettoyée et un filtre neuf et de les coupler à un principe de dynamisation dans le style cruche à vortex. L’eau filtrée sera immédiatement dynamisée. La carafe filtrante vide (oui : vide !) sera alors stockée au réfrigérateur afin d’éviter toute prolifération microbienne au niveau du filtre via les micro-gouttelettes stagnantes. Alors la note s’améliore !


La technologie de base est connue : du charbon actif en granules retire par adsorption les matières organiques, le chlore et une partie des métaux lourds (argent, mercure, plomb, cuivre…), des résidus de pesticides et de médicaments... ce qui n'est pas si mal ! Le charbon actif filtre par contre mal les nitrates (d’où des cartouches spécifiques) et les minéraux, qui devraient être considérés (en grande partie) comme des polluants.


On évitera toutefois toute marque remplaçant le calcaire (calcium + magnésium) par du sodium c’est-à-dire du sel via des résines échangeuses d’ions.


Vu le budget à l’année des cartouches, on envisagera rapidement de passer à une solution un peu plus haut de gamme, idéalement sans réservoir afin d’éviter tout risque microbien. Filtres au robinet ou osmose inverse sur un point d'eau ou filtration intégrale en maison amélioreront un peu ou significativement la qualité de la filtration.


Autre question ?

Pour en savoir plus sur les solutions de filtration de base et notamment les carafes filtrantes :

Les 3 problématiques et solutions Eau : www.solutionsbio.ch/eau Vidéo Conférence-Tutoriel : Les solutions Eau (19’54)

Le portail de référence sur l’eau : www.lemieuxetre.ch/eau Les Fiches pdf : Comparatif des eaux minérales / Comparatif des solutions Eau Mon livre La qualité de l’eau (Ed. Médicis, 2020) Me contacter pour une analyse gratuite et experte de votre situation : +41 (0)76 532 8838 (rappel possible), sms ou mail



30 vues0 commentaire