L’eau calcaire est-elle dangereuse pour la santé ? La teneur en tartre est-elle problématique ?

Question minérale (à 14 :20) dans l’émission Allo Docteurs intitulée « Bien choisir son eau » (mai 2020) : "Puis-je avoir des problèmes de santé en buvant de l’eau calcaire ?" Réponses officielles du professeur à la faculté de pharmacie puis de l’auteur du livre La qualité de l'eau (Ed. Médicis). Le tartre est-il bénéfique à l’organisme ? La dureté de l’eau pose-t-elle problème ? A vous de choisir votre source… d’information !

La question du journaliste est pertinente à plus d’un point : "On comprend bien que l'eau est potable pour autant, il y a certaines régions où l'eau est très calcaire, si je ne bois que cette eau calcaire, je peux avoir des soucis de santé ?"


Le professeur ne prend même pas la peine d’expliquer ce qu’est le calcaire et fonce dans la réponse convenue officielle : « Non non [...] le corps a besoin d'apports, des apports conseillés en différents sels minéraux et donc une personne qui ne mange ni laitage ni fromage, aucun dérivé du lait, sera donc avec un apport en calcium trop faible et il aura intérêt à boire de l'eau avec du calcium. Si on a un apport nutritif normal de toute façon le corps se débrouille pour prendre ses éléments nutritifs là où il faut et donc il n'y a aucun problème »


Le calcaire (ou tartre) est une roche sédimentaire facilement soluble dans l'eau et composé majoritairement de carbonate de calcium (CaCO3) et de carbonate de magnésium (MgCO3), substances que l'on retrouve allègrement dans les eaux minérales sans que cela perturbe en effet qui que ce soit.


Mais hors marketing des embouteilleurs ? Quel est le pourcentage d’assimilation des minéraux des eaux ? En fait personne ne sait précisément – faute d’études approfondies – mais une chose est évidente (quoique jamais discutée) : la contribution des eaux aux Apports Nutritionnels Conseillés (ANC) est purement « théorique » comme le reconnaît Patrice Fardellone dans son Etude sur l’absorption du calcium et du magnésium dans des eaux minérales naturelles, étude sponsorisée par Nestlé.


Les conclusions de cette étude de 2015 – qui récapitule en fait l’ensemble des études précédentes (dont la plus récente date de 2004), réalisées sur des échantillons trop faibles (24 personnes au maximum) pour être statistiquement valides – font état d’une assimilation du calcium entre 22,2 et 47,5% seulement ce qui signifie que l’essentiel du calcium (de 52,5 à 77,8%) doit être éliminé via un surtravail des reins. Or ce qui doit être éliminé en majorité ne doit-il pas être considéré comme un polluant ?


En fait, n’en déplaise au professeur, le corps se débrouille moins pour « prendre ses éléments nutritifs là où il faut » que pour éliminer ce qui ne lui convient pas. Et les minéraux inorganiques des eaux – en premier lieu duquel le calcaire calcium + magnésium – ne lui conviennent globalement pas. « Buvez éliminez » disait la publicité mais il ne s’agissait pas des graisses mais des minéraux, à éliminer via un surtravail des reins… jusqu’au développement des calculs rénaux…


Au final, le calcaire ou le tartre dans l'eau sont-ils problématiques pour la santé ?


La réponse officielle de la Science ou de la Médecine (en tout cas de l’expert de ce média) est que non, en aucune façon. A la limite, ce serait même une bonne chose : à défaut de lait, on consommera des eaux calcaires pour l'apport minéral en calcium. Il n’y a aucun problème, le corps fait le boulot, vive les minéraux, circulez y a rien à boire…


Au moins, le professeur a le bon goût de ne pas recommander d’adoucisseur à sodium, de loin la pire solution pour le traitement de l’eau. C'est avec l'adoucisseur que l'eau calcaire est de loin la plus dangereuse ! L’eau adoucie obtenue est en effet alors impropre à la consommation et requiert un osmoseur pour éliminer le sodium en excès... ainsi que - dans la plupart des cas - les bactéries.


Mais revenons au dogmatisme du professeur. En quoi boire des minéraux inorganiques pourrait-il être bon pour la santé ? La science n'est-elle pas au courant que l'homme est hétérotrophe ?


La qualité ou configuration des minéraux fait en réalité toute la différence. Les minéraux peuvent en effet se retrouver soit sous forme chélatée, c’est-à-dire complexés à des molécules organiques pour former des « composés minéraux organiques », soit sous forme brute inorganique. Le Pr Henri Schroeder affirme que nous ne pouvons pas assimiler plus de 1 % des minéraux inorganiques contenus dans l’eau. Et selon les auteurs Zerluth et Gienger, pas plus de 3 à 5 %, contre environ 98 % pour les minéraux d’origine végétale ou présents sous forme colloïdale.


Les chiffres des rares études "officielles" (souvent sponsorisées par les embouteilleurs) parlent grosso modo de la même capacité d’assimilation du calcium dans les eaux ou dans le lait, oubliant toutefois de préciser que la biodisponibilité du calcium du lait est relativement faible, autour de 30% seulement, ce qui signifie donc que 70% environ doit être éliminé.


Bref, il n’y a aucun intérêt à boire des eaux chargées en calcaire ou en tartre mais est-ce problématique pour autant ? Cela peut le devenir en effet si l’eau est trop dure, au-delà de 30°fH soit 300 mg de carbonate de calcium (CaCO3) par litre d'eau : un excès de calcium fatigue l’organisme et entraîne à terme des calculs rénaux.


Même si le risque est beaucoup plus important avec certaines marques d’eaux minérales très calcaires (Courmayeur, Hépar, Contrex,…), on ne devrait pas se satisfaire d’une eau du robinet trop calcaire et donc trop minéralisée. La meilleure eau de consommation courante est l'eau de source faiblement minéralisée (taux de résidus à sec inférieur à 50 mg/L.) mais il est heureusement possible de s'en approcher à partir de l'eau du robinet en la filtrant et en la dynamisant.


La solution généralement recommandée est l’osmoseur, seul appareil capable de filtrer les minéraux des eaux avec toutefois de grosses différence de tolérance selon les appareils. Une autre approche qualitative est le Biodynamizer qui, en brassant l’eau en profondeur (via différents type de vortex), permet de retrouver des minéraux sous forme colloïdale, uniformément répartis. Ces minéraux sont alors (un peu) mieux assimilés et surtout éliminés via les selles et non plus les urines, via une moindre dépense énergétique. A noter que ce dynamiseur modifie également la structure du calcaire en aragonite afin de protéger la tuyauterie de la maison et éviter l’usage du catastrophique adoucisseur.


L’objectif dans tous les cas est de retrouver une eau agréable à boire, seule manière de boire suffisamment et d’être correctement hydraté. Or une eau trop calcaire présente un goût prononcé peu agréable, raison supplémentaire pour régler le problème… à la source !


Autre question ?


Pour en savoir plus sur le calcaire de l’eau et les solutions sans sel ou plastique :

Les 3 problématiques et solutions Eau : www.solutionsbio.ch/eau Vidéo Conférence-Tutoriel : Les solutions concrètes (19 :53)

Le portail de référence sur l’eau : www.lemieuxetre.ch/eau Les Fiches pdf : Comparatif des eaux minérales / Comparatif des solutions Eau Mon livre La qualité de l’eau (Ed. Médicis, 2020) Me contacter pour une analyse gratuite et experte de votre situation : +41 (0)76 532 8838 (rappel possible), sms ou mail


25 vues0 commentaire