BUDGET
POINT D'EAU
EAU BIOCOMPATIBLE

« La perfection est comme l'eau »
Lao Zi

Filtration de base et vitalisation de l'eau.
Eau propre et dynamisée, véritablement biocompatible.
Retrouvez enfin le plaisir de l'eau au naturel !
AVERTISSEMENT : La filtration de l'eau est requise sinon indispensable vis-à-vis d'une eau du réseau chlorée et polluée. Encore convient-il de ne pas se tromper de système tant les exagérations du marketing sont légion. Chaque fabricant propose forcément le meilleur produit.  Notre sélection rigoureuse, parmi une dizaine de fabricants différents, est plus indépendante et donc plus objective. Vous trouverez ci-dessous les meilleures solutions pour un point d'eau unique et - à titre de comparaison et de réflexion - des informations sur l'eau du réseau.
Cette page "Technologies" concerne les Solutions Appartement. Si vous avez une possibilité de connexion à l'arrivée d'eau principale, voir Solutions Maison. Autres solutions, sur la page Eau.
UN PETIT COMPARATIF PLUTÔT QU'UN LONG DISCOURS...
CRITERES ET NOTATIONS SELON LE LIVRE LA QUALITE DE L'EAU
 

Note qualité eau : -4/20

Note technologie : na

EAU CHLOREE DU RESEAU

Pollution : -1 à -3

Résidus de médicaments et de pesticides mais surtout chlore et/ou ozone.

Minéralisation: -2 à +1
Taux moyen et paramètre généralement meilleur que les eaux en bouteille.

Energie de l'eau: -4

Mauvais traitements tout au long du parcours et donc aucune énergie.

Santé : -3

Une eau problématique pour la santé, sur le terrain des cancers et des virus.

Ecologie : +3

Pas de gaspillage d'eau et pas de plastique, sans besoin de la transporter.

Coût : +3

L'eau de loin la moins couteuse, disponible sur tous les robinets.

La base de travail.

Une chance à l'échelle de la planète.

Tarif : le coût de l'eau (et des taxes)

Note qualité eau : 17,1/20
Note technologie : 10/20

SYS. AMILO EVIER

Filtration: +2

Membrane à sédiments + Charbon actif + Fibres exclusives + Argent ionisé

Minéralisation: +1
Minéraux mieux répartis et plus facilement assimilés ou éliminés

Dynamisation: +3

21 procédés de dynamisation: le système le plus performant.

Santé : +3

Une eau propre biocompatible et vitalisée, plus douce et hydratante.

Ecologie : +3

Pas de gaspillage d'eau et plus besoin de plastique.

 

Coût : +3

Un investissement vite rentabilisé par rapport aux bouteilles.

Usage : +3

De l'eau biocompatible sur l'ensemble des robinets.

La référence technologique.

La meilleure solution maison.

Tarif : CHF 4480.- + changement annuel filtre CHF 248.-

Note qualité eau : 11,4/20
Note technologie : 13/20

CRUCHE A VORTEX

Filtration: +1

Filtre transparent et indépendant à sédiments + Charbon actif

Minéralisation: 0
Peu d'incidence sur la minéralisation du réseau

Dynamisation: +2

Vitalisation 4 éléments dont vortex en sortie d'eau.

Santé : +1

Une eau propre biocompatible plus douce et hydratante.

Ecologie : +3

Pas de gaspillage d'eau et plus besoin de plastique.

 

Coût : +3

Moins couteux et encore plus vite rentabilisé.

Usage : +3

De l'eau biocompatible sur l'ensemble des robinets.

Un système budget complet.

L'alternative pour la maison.

Tarif : Env. CHF 1900.- inclus 4 années de filtres

BIOFILTRE + BIODYNAMIZER : LE NEC PLUS ULTRA
 

Objectif :  Filtrer et dynamiser en profondeur l'eau + Gestion du calcaire

Comment : Multiples filtres puis vortex, magnétisme et informations naturelles

Valeur ajoutée :  Filtration Hi-Tech et biodynamiseur le plus complet du marché

Tarif :  3968 euros TTC ou CHF 4480.-

Note qualité de l'eau : 17,1/20 (eau du robinet chlorée : -4/20)

Note technologie : 18/20 (adoucisseur à sodium : -20/20)

 

ETAPE 1 :  BIOFILTRATION

Surface d'adsorption inégalée de 3000 m2 / gramme (3,5 kg de charbon actif + fibres)
Meilleure filtration possible sans perte de pression ou gaspillage d'eau: chlore, mauvais goûts et odeurs, fer et corrosion des tuyaux, bactéries, (partie) métaux lourds (aluminium, cadmium, chrome, mercure, nickel, plomb, sélénium, zinc,...),  (partie) résidus de médicaments, d'hormones et de pesticides, radioactivité,...
Préserve les oligo-éléments (mesurés en µg/L) qui sont totalement assimilables par l’organisme ainsi que les minéraux inorganiques (mesurés en mg/L). ​

Le calcaire n’est pas retenu par le filtre comme le fait un adoucisseur à sodium mais restructuré par le Biodynamizer® (transformation en aragonite) afin d’éviter l’encrassement des tuyaux et appareils.
Dimensions: Hauteur = 600 mm, Diamètre = 180 mm, Poids (avec cartouche) = 7 kg
Changement simple du filtre tous les ans ou 100 m3 (bientôt 150 m3) : la garantie d'une filtration optimale !
Tarif: 580 euros TTC ou CHF 648.-, hors transport & placement.
Recharge annuelle : 218 euros TTC ou CHF 248.-

Membrane (filtre à sédiments & particules) + Charbon actif compressé avec Fibres exclusives et Argent ionisé.

Restructurer l'eau et lui redonner l'énergie d'une eau de source au naturel.
Gestion intelligente du calcaire changé en aragonite (pas d'encrassement possible)
Aucune maintenance et aucun consommable une fois installé !
Matériaux partie aquifère : cuivre, laiton et argent. Aucun contact avec du plastique !
2 aimants néodyme plaqués or
Débit : 1,3 m3 / heure à 3 bars de pression (passage en 0,5 secondes)
Pression maximale : 6 bars (La partie aquifère de l’appareil résiste jusqu'à 10 bars)
Durée de vie équivalente à une tuyauterie
Hauteur = 897 mm, Diamètre = 160 mm, Poids = 16,2 kg (dont plus de 9 kg de minéraux !)
Tarif: 3388 euros TTC ou CHF 3880.-, hors transport & placement.

 

ETAPE 2 :  BIODYNAMISATION

Multiples Vortex + Magnétisme + Information via fréquences minérales

Le Biodynamizer comporte au total 21 principes de dynamisation de l'eau !

L'ENERGIE DE L'EAU ?

L'énergie de l'eau (ou des aliments) est tabou et les scientistes ne s'y intéressent donc pas. L'énergie telle que nous l'entendons n'a pourtant rien d'ésotérique puisqu'il s'agit de la richesse en protons et en électrons.

Tout ce que nous consommons devrait nous apporter de l'énergie c'est-à-dire être légèrement acide (des protons H+) et anti-oxydantes (des électrons). Ce n'est malheureusement pas le cas avec l'eau chlorée du réseau, toujours alcaline (pour protéger la tuyauterie) et très oxydante (à cause du chlore).

Il est ainsi indispensable de la filtrer et de lui redonner de l'énergie jusqu'à lui faire retrouver ses propriétés énergétiques d'eau de source au naturel. Cela est possible parce que l'eau change de structure 1 000 milliards de fois par seconde (liaisons hydrogènes).

Les explications scientifiques de ce phénomènes sont complexes mais nul besoin de suivre un cours de physique quantique : il suffit de gouter à l'eau pour constater une nette et réelle différence Avant/Après... et un regain d'énergie !

LES 3 PRINCIPES DE DYNAMISATION

 

Principe 1 : les mouvements de vortex:

 

L'eau se régénère naturellement dans la nature grâce aux vortex.

 

A: TURITELLE : Triple Vortex centripète (mouvement de l’eau dans les rivières)

B:TUBE RYTHMIQUE : Pulsations harmoniques (flux de l’eau dans les cascades)

C: DOUBLE SERPENTIN : Double vortex avec inversion de rotation Lévogyre → Dextrogyre.

D: ŒUF : trombe marine, vortex colonnaire d’eau en flux libre en son centre, très spectaculaire, en témoigne la vidéo ci-dessous:

La mise au point du Biodynamizer a pris plus 6 ans et s'est basée sur les meilleures technologies précédentes, dans l'optique de les améliorer. Rien n'a été laissé au hasard pour aboutir au système le plus complet et performant du marché avec, donc, 21 principes de dynamisation dont 3 principes de base :

Principe 2 : le magnétisme:

2 aimants annulaires (plaqués or) et 10 aimants permanents recréent le magnétisme de la nature et transforment le calcaire en aragonite afin de supprimer son pouvoir encrassant.

Principe 3 : les fréquences minérales naturelles:

Pierre de lave volcanique, Marbre de Carrare et Céramique informée par des micro-organismes efficaces (EM) émetteurs de fréquences Infrarouges.

LES ANALYSES SCIENTIFIQUES

La nouvelle qualité de l'eau s'apprécie immédiatement en bouche sous la forme d'une eau beaucoup plus douce, hydratante et agréable à boire. En général, l'organisme redemande vite un deuxième verre et ceci est le meilleur test de l'eau !

Un certain nombre de tests biologiques / analyses scientifiques / expérimentations de terrain ont néanmoins été réalisées et démontrent que l'eau n'est distinctement plus la même Avant/Après :

 

La cristallisation sensible:

L’eau biodynamisée cristallisée (solide) montre une structure hexagonale comparable à celle d’une eau de source naturelle. A l’inverse, l'eau du robinet présente une structure totalement floue et désordonnée.

La caméra électrophotonique:

Mesure des décharges photoniques de l’eau soumise à un champ électrique. Les luminescences de l’eau biodynamisée sont plus intenses et régulières : elles contiennent davantage d’énergie en termes de photons et d'électrons.

La caméra GDV:

Mesure du rayonnement énergétique d'un organisme immédiatement après absorption d'une eau du réseau puis d'une eau biodynamisée. La vitalité énergétique de la personne augmente très significativement, d'environ 50%.

Spectromètre Bioscope:

Mesure les changements des propriétés électriques de l’eau. L’eau biodynamisée montre une plus grande biocompatibilité fréquentielle : déplacement de l’énergie vers des niveaux de basse fréquence (en Hz), compatible avec le vivant (niveau vibratoire des cellules), augmentation de l’électronégativité dans l’eau dynamisée (moindre oxydation) et de l’activité électrique.

Microtox'O:

La bactérie pathogène Escherichia Coli a été placée dans deux géloses nutritives, l'une à base d'eau normale, l'autre à base d’eau revitalisée. Après 48 heures, il a été constaté une baisse de 59% de la croissance bactérienne (CFU/g) entre la gélose revitalisée et la gélose non revitalisée ! En revanche, sur une bactérie utile telle que lactobacillus plantarum, une quasi neutralité d'effet a été constatée (-10%).

Bioélectronique de Vincent (BEV)

Le rH2 (taux d'oxydo-réduction) passe de 36,3 pour l’eau du robinet chlorée à 29,7 pour l’eau biofiltrée et biodynamisée soit une baisse exponentielle de l’oxydation de l’eau de 6,6 unités soit 10-6,6 soit une eau 4 000 000 de fois moins oxydante ! La quantification énergétique de Vincent (W de Vincent = puissance dissipative de l’eau en termes d’énergie) passe de 400 µW/cm3  à 180 µW/cm3.

 

Concrètement, cela signifie qu'une eau Biofiltrée et Biodynamisée :

 

  • Aide à lutter contre les radicaux libres

  • Participe à la régénération cellulaire

  • Facilite la métabolisation des minéraux ou leur élimination par les selles et les urines

  • Préserve nettement mieux l’énergie dans l’eau (en réduisant la dissipation de l’énergie)

Panification (fabrication du pain)

Des expériences ont été menées en Janvier 2020 avec l'Association professionnelle des Boulangers et Pâtissiers belges (1500 membres) : 10 pains ont été fabriqués avec de l'eau normale du robinet et 10 pains avec de l'eau biofiltrée et biodynamisées.

 

Les résultats ont été sans équivoque et ont convaincu les boulangers de s'équiper:

  • Structure alvéolaire (bulles d'air) beaucoup mieux répartie, plus structurée, régulière et fine.

  • Pâte plus compacte et ferme avec moins d'oxygène (et donc moins d'oxydation)

  • Taux d'humidité (hydrométrie) supérieur (87% contre 81%) pour une pâte plus souple et collante.

  • Mie de pain plus compacte et souple avec une structure beaucoup plus fine.

  • Au bout de 8 jours, taux d'hydrométrie de 84,6% contre 65,6% : fraîcheur et une durée de conservation plus longue

  • Arômes du pain frais, aspect plus moelleux, meilleure mâche et moins de craquellement (car moins sec).

LA GESTION INTELLIGENTE DU CALCAIRE

Le calcaire (calcium + magnésium) n’est pas retenu comme le fait un adoucisseur échangeur d'ions à sodium - tout en dénaturant l'eau - mais restructuré et transformé en aragonite afin d’éviter l’encrassement des tuyaux et appareils.

Les expériences (à partir d'une eau à 27° fH soit "assez dure") révèlent après évaporation moins de calcaire dans le verre d’eau biodynamisée mais surtout une structure très différente (germination précoce avec un calcaire plus agrégé ou aggloméré). Cette structure rend le calcaire moins incrustant et plus facile à éliminer.

Les traces de calcaire demeurent visibles (comme sur un adoucisseur correctement réglé à 15°fH de dureté résiduelle) mais sous une forme beaucoup plus facile à nettoyer et sans risque d'encrassement ou de corrosion de la tuyauterie (adoucisseur mal réglé et eau du coup trop acide). Voir ci-dessous les risques encourus avec un adoucisseur à sodium.

Le Biodynamizer gère intelligemment le calcaire jusqu'à une dureté de 40°fH (eau très dure). Au-delà, un petit dispositif spécifique SCALEBUSTER à 180 euros HT est recommandé.

 

En savoir encore plus ? 

Le point sur vos besoins ?

Contactez l'expert Benoît Saint Girons
au +41 76 532 8838 (rappel possible)

INSTALLATION & MAINTENANCE

Le Biofiltre et le Biodynamiseur s'installent après le compteur d’eau de ville (eau potable non acide, pH>6) avec une vanne en amont et une vanne en aval (by-pass). L'installation doit se faire dans les règles de l'art par un professionnel ou un bricoleur averti et selon la Notice d'installation fournie.

Les appareils doivent être placés à plus de 1 mètre de l’arrivée de l’alimentation électrique principale de l’habitation et du tableau électrique.

Aucun adoucisseur ne peut être placé en amont car cela serait contradictoire avec la qualité de l'eau. Le Biodynamizer remplace en fait avantageusement l'adoucisseur.

Tous les éléments pour une installation standard sont fournis et celle-ci ne présente en soi aucune complexité pour un professionnel.

Le Biodynamizer est sans aucun entretien une fois installé

Le Biofiltre requiert un changement de filtre tous les ans ou 100m3 (bientôt 150 m3). La cartouche se change en 5 minutes sans intervention d’un plombier.

 
SYSTEME AMILO : LE TOUT EN UN BUDGET
 

Objectif :  Filtrer et vitaliser l'eau avec (légère) gestion du calcaire

Comment : Filtres puis vitalisation "4 éléments" dont vortex en sortie

Valeur ajoutée :  Tout en un complet, compact et économique

Tarif :  1556 euros HT soit environ CHF 1950.- inclus 4 ans de filtres

Note qualité de l'eau : 11,4/20 (eau du robinet chlorée : -4/20)

Note technologie : 13/20 (adoucisseur à sodium : -20/20)

 

ETAPE 1 :  FILTRATION

Filtre à sédiments:

La première cartouche est une préfiltration visant à protéger le reste du système. Elle va bloquer les sédiments (de taille jusqu’à 1 micron) susceptibles de se trouver occasionnellement dans l'eau (sable, boue, etc), notamment suite à des travaux ou de fortes précipitations.

Elle est constituée d'une bobine en tissu tressé imprégné à l’argent ce qui  renforce l’action bactériostatique dès le départ de la filtration et évite la prolifération et la migration des bactéries.
Cartouche à remplacer tous les ans ou dès que vous notez un encrassement anormal. Démontage et remontage par simple dévissage de la cuve translucide.
Coût de remplacement : 17€  mais 4 cartouches sont déjà incluses.

Filtre à charbon actif:

La seconde cartouche est dédiée à la microfiltration (jusqu’à 0,5 microns) proprement dite. Il s'agit de charbon actif qui fait donc le boulot d'adsorption du charbon actif: le chlore, le mauvais goût de l’eau et une bonne partie des métaux lourds, résidus de pesticides et de médicaments. Sans perte de pression (et donc osmose inverse), on ne pourra de toute manière pas vraiment faire mieux que cela.

La cartouche utilise une nouvelle technologie révolutionnaire à base de fibres imprégnées de charbon actif en poudre. Elle est moulée à l’état humide pour obtenir au final un charbon compressé. Le Charbon actif possède la plus grande force d'adsorption physique et le plus important volume d'adsorption de tous les matériaux naturels ou synthétiques connus. La surface du charbon actif peut être supérieure à 1000 m²/g. Ainsi, la surface développée par 3g de charbon actif représente la surface d'un terrain de football... et la cartouche n'est à remplacer théoriquement que tous les 200 m3 ou 2 ans (données du fabricant-distributeur).

Coût de remplacement : 167€ mais 2 cartouches sont déjà incluses.

 

La troisième cartouche est un module de structuration / dynamisation / vitalisation / information de l’eau, basé sur une combinaison de principes actifs hautement vibratoires, en résonance et en lien avec les 4 éléments: terre, eau, feu et air.

Les molécules d’eau interagissant entre elles 1 000 milliards de fois par seconde, cette action de vitalisation s'opère quasi instantanément et se traduit par une eau beaucoup plus agréable à boire.


Elément Terre : Pipes en céramique informée par des micro-organismes efficaces (EM)

Elément Eau : Billes de silice informée par une fréquence de calcaires marins. Cette fréquence a été retenue pour son large spectre d'action favorisant la régénération du vivant.
Elément Feu : Un triplex cuivre-zinc-fer sous forme d‘eau plasmatique renforce l'action au niveau vibratoire.

Elément Air : Un bon vortex en sortie permet une vitalisation naturelle et une homogénéisation de l’ensemble.

ETAPE 2 :  VITALISATION

Au final, un niveau vibratoire de l'eau naturel et cohérent avec le vivant (végétaux, animaux et même humains). Le calcaire (calcium et magnésium) est changé en aragonite, au moindre pouvoir incrustant. Une dureté de l'eau trop importante requiert toutefois un dispositif spécifique en amont.

 
INSTALLATION & MAINTENANCE

L'installation du système Amilo est relativement simple pour un bon bricoleur bien équipé mais il est souvent préférable de faire appel à un installateur sanitaire. En France, un forfait de pose peut-être proposé selon votre lieu de résidence. Dans tous les cas, l'installation se fera avec l'aide de la Notice de montage.

L’ensemble s’installe à l’arrivée de l’eau dans l’habitation, après le compteur. Il demande un espace de 70cm en largeur x 80cm en hauteur, épaisseur 20cm avec un by-pass afin de permettre un remplacement aisé des cartouches (ou un éventuel déménagement).

Les 2 premières cartouches se changent normalement tous les 1 ou 2 ans. En cas d'eau très calcaire ou très chlorée, cette durée de vie peut-être écourtée.

La 3ème cartouche et le vortexeur ne requièrent pas d'entretien.

En savoir encore plus ? 

Le point sur vos besoins ?

Contactez l'expert Benoît Saint Girons
au +41 76 532 8838 (rappel possible)

ADOUCISSEUR A SODIUM : LA PIRE SOLUTION

Objectif : Traiter le calcaire/tartre ou assurer des revenus ?

Comment : Echangeur d'ions : du sodium à la place du calcium et du magnésium

Valeur ajoutée : Totalement dénaturer l'eau si bien que l'on ne peut plus la boire ?

Tarif :  Env. CHF 2500 + contrat de maintenance / sel + bouteilles d'eau ?

 

Note qualité de l'eau : -20/20

Note technologie : -20/20

 

L'ETUDE QUI DERANGE

En mars 2017, le Laboratoire Cantonal de Thurgovie (Suisse) a examiné 23 systèmes d’adoucisseurs choisis au hasard dans des maisons privées et des écoles. L’eau potable a été étudiée pour sa pureté bactériologique et sa composition chimique avant et après l’adoucisseur.

Pour 87% des adoucisseurs (20 sur 23), le nombre détectable de micro-organismes (bactéries et champignons) dans l’eau potable a au moins doublé. Dans le cas de 6 adoucisseurs (26 %) la valeur maximale légale pour des germes dans l’eau potable a même été dépassée de 3 à 600 fois !

90% des adoucisseurs testés avaient également un réglage inférieur à 15°fH et même la moitié en dessous de 7° fH. À ce niveau d’acidité, le risque de corrosion de la tuyauterie et des appareils ménagers devient réel et l’adoucisseur complètement contre-productif…

 

Bref, non seulement l’adoucisseur n’est pas un filtre, mais il en faut un après son usage afin d’éliminer tout risque de sodium en excès, de bactérie ou de particules métalliques, risques pourtant quasi inexistants avec l’eau du robinet !

Qui a entendu parler de ce rapport ?  Des médias en ont-il parlé ?  Les autorités sanitaires - toujours promptes à lutter contre les méchants microbes - sont-elles intervenues pour réglementer l'usage des adoucisseurs ?  Les régies distributrices de l'eau ont-elles émises des recommandations et avertis les propriétaires ? Non. Le sujet de la qualité de l'eau est globalement tabou - sinon pour aborder les moindres problèmes - et cette étude est ainsi passée inaperçue.

LES RECOMMANDATIONS OFFICIELLES

En Suisse, la Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux (SSIGE) - organisme faîtier à but non lucratif qui regroupe la plupart des acteurs de la distribution de l’eau - n'aime pas beaucoup les adoucisseurs.

 

Dans sa notice "Information sur l'eau potable N°13 / 2008" intitulée "Dureté de l'eau: à quoi faut-il faire attention ?" elle met clairement en garde contre les adoucisseurs échangeurs d'ions dont la "forte concentration de sodium dans l'eau potable" est "critiqué par le corps médical". Elle signale le risque de corrosion de la tuyauterie ainsi que de propagation microbienne "ce qui pose de graves problèmes sur le plan de la santé".

Son discours devient un peu plus timoré en 2015 mais elle déconseille toujours l’adoucisseur en dessous de 32 °fH et ne le recommande pas vraiment au-delà non plus:

 
  • L’adoucissement de l’eau dans le logement n’est pas recommandé par la SSIGE lorsque la dureté totale ne dépasse pas 32 °f.

  • Des adoucisseurs d’eau mal entretenus sont souvent à l’origine de problèmes de qualité et de la prolifération de germes.

Notice technique d'information de juin 2015
Adoucisseurs d'eau - Echangeurs d'ions

Le reste du document est relativement didactique mais toutefois pas dénué d'incohérence. Ainsi, le point 9 "Réglage de la dureté résiduelle" :

Le réglage de la dureté résiduelle entre 7 et 15 °f (eau douce) est, pour le logement, un réglage optimal qui permet généralement de respecter la valeur maximale de sodium recommandée.

Les installations existantes sont souvent équipées de tuyaux en acier galvanisé. L'acide carbonique libéré dans l’eau adoucie peut alors avoir un effet corrosif. Pour éviter ce problème, de l’eau potable non traitée provenant du réseau de distribution est mélangée à l’eau totalement adoucie jusqu’à l’obtention d’une dureté résiduelle de 15 °f. Cette dureté résiduelle sert à  former  ou  à  conserver  une  couche  de  protection  en  calcaire  sur  la  surface  intérieure  des conduites.

Donc réglage optimal entre 7 et 15°f ou risque de corrosion avéré en dessous de 15°f ?  En France, selon le décret du 3 janvier 1989, l'adoucissement d'une eau inférieure à 15°f est interdite, la dureté idéale d'une eau devant être comprise entre 15 et 25°fH. Ce réglage à 15° f est également recommandé par le Laboratoire Cantonal de Thurgovie qui relève donc que 90% des adoucisseurs testés avaient un réglage inférieur !

Toujours en France, l'article R. 1321-53 du code de la santé publique, stipule que, pour les collectivités, l'adoucisseur doit être installé de façon à ce qu'une arrivée d'eau froide non traitée soit toujours à disposition de l'utilisateur.

 

C'est également ce que rappellent certaines Agences Régionales de Santé (voir ARS Île de France en 2018 par exemple) lors de leurs communications annuelles sur la qualité de l'eau distribuée: "Si vous possédez un adoucisseur, assurez-vous qu'il alimente uniquement le réseau d'eau chaude". Cela relève du bon sens puisque le tartre ne se forme qu'à partir de 55°C !

DU SEL DANS L'EAU POTABLE

Réduire la dureté d’un litre d’eau de 1 °f  (= 10 mg/l de carbonate de calcium) requiert 4,6 mg de sodium. Baisser la dureté de l'eau de 32°f à 15°f requiert ainsi 17 x 4,6 = 78,2 mg de sodium. La teneur en sel s’obtient en multipliant le taux de sodium par 2,5 soit ici 78,2 x 2,5 = 195,5 mg de sel.

Selon la directive européenne 98/83, la teneur en sodium de l’eau potable ne doit pas dépasser une valeur maximale de 200 mg/l. Ceci représente 200 x 2,5 = 0,5 gramme de sel par litre d'eau.

 

Nos besoins en sel - de qualité - sont de seulement 1,5 à 3 grammes par jour mais la malbouffe industrielle (90% du sel est caché dans les aliments préparés, des céréales du petit déjeuner aux plats cuisiners en passant par le pain) nous conduit déjà aux excès de 9 à 10 grammes !

 

Quelle importance ? « Les niveaux actuels de consommation de sodium sont associés directement à une augmentation de la tension artérielle, facteur de risque cardio-vasculaire et rénales qui sont les principales causes de morbidité et de mortalité en Europe » précisait en Juin 2005 l’Agence européenne de sécurité alimentaire. Plus précisément, les excès de sel entraîneraient en France 75 000 accidents cardio-vasculaires par an dont 25 000 décès…  Sur ce sujet, voir le site www.nutriwell.ch

Nous n'avons donc pas besoin de davantage de (mauvais) sel dans notre alimentation. Il est d'autant plus absurde d'en retrouver dans notre eau du réseau que le Manuel Suisse des Denrées Alimentaires (MSDA) -  recueil officiel des recommandations du Conseil fédéral -  fixe comme objectif qualité en matière de sodium un taux maximum de 20 mg / litre seulement. Ce taux correspond d'ailleurs au taux maximal généralement trouvé dans les eaux de surface.

Pourquoi la règlementation de l'eau tolère-t-elle du coup 200 mg ? Serait-ce par hasard afin de ne pas nuire au très lucratif business des adoucisseurs ?

UNE AFFAIRE DE GROS SEL ET DE GROS SOUS

A ce niveau de grand n'importe quoi et au regard du coût de ces appareils, la question se pose: pourquoi autant d'adoucisseurs échangeurs d'ions installés ?

 

La réponse "officielle" ou "experte" est qu'il est important de se débarrasser du tartre afin de préserver sa tuyauterie et son appareillage ménager. Les cartes rappellent que nous sommes inégaux devant le calcaire et incitent à faire quelque chose. Le marketing ose tout et argumente que cela permet aussi de faire des économies (lessives, détergents,...) et, pour un peu, passerait presque pour être une solution écologique.

 

​Economique ou écologique l'adoucisseur, sérieusement ? En balançant du sel dans la nature ou en gaspillant autant d'eau ? En obligeant les usagers à consommer ensuite des eaux en bouteille vu que l'eau adoucie est très désagréable à boire ? En nécessitant autant de maintenance et d'entretien ? En faisant prendre le risque d'une prolifération microbienne ou d'une corrosion de la tuyauterie ?

La réponse "officieuse" et tabou est que les adoucisseurs à sodium sont très rentables pour les fabricants, les distributeurs et ceux qui les installent et touchent environ 50% du prix des appareils !

Les médecins ne sont pas formés à la qualité de l'eau et on ne peut pas attendre des installateurs sanitaires qu'ils le soient. Une bonne proportion de leurs revenus vient de la vente, de l'installation et de l'entretien des adoucisseurs à sodium, installés généralement sur le circuit d'eau froide en dépit du bon sens. C'est aussi simple et rentable que cela et ils n'ont donc aucun intérêt à proposer autre chose (la plupart ne s'y intéressent d'ailleurs même pas).

Soyons honnêtes : la majorité des installateurs font ce qu'on leur demande et la demande - alimentée par le marketing sans vergogne des fabricants/distributeurs  - demande à ce que l'on débarrasse salle de bain et autres bouilloires du disgracieux tartre. Si l'on s'intéressait davantage à la qualité de l'eau, le scandaleux business des adoucisseurs disparaitrait de lui-même. "Quand on pense qu'il suffirait que les gens n'achètent plus pour que ça ne se vende pas" disait le grand philosophe Coluche.

LE (MAUVAIS) TRAITEMENT DE L'EAU

Les adoucisseurs se présentent sous le terme et le marketing du "traitement de l'eau". Comme nous venons de le voir, il s'agit en réalité plutôt de maltraitance.

Deux choses sont en effet normalement attendues d’un traitement de l’eau. Premièrement, une amélioration d’une manière ou d’une autre de la qualité de l’eau du robinet. Deuxièmement, une absence de risque par le traitement ou l’usage, étant admis que l’eau du robinet est "potable" et donc sans risque à court terme.

Les adoucisseurs ne sont pas des systèmes de traitement de l’eau de consommation, mais la confusion règne, l’eau est troublée et les installateurs sanitaires aveuglés par la rentabilité du business anticalcaire. Les consommateurs, confiants par nature et peu au fait des impostures professionnelles, se font le plus souvent avoir.

Les adoucisseurs ne sont pas des filtres mais demandez nonchalamment un filtre pour une maison à un plombier et vous risquez, si vous n’êtes pas plus informé que cela, de vous retrouver avec un adoucisseur. Alors il vous faudra réellement un filtre et pas n'importe lequel : rien de moins qu'un osmoseur, seule technologie capable d'éliminer correctement le sodium !


Dans le domaine des traitements de l’eau, l’adoucisseur à sodium est ainsi et de loin le plus gros scandale, noté -20/20, référence négative des choses à ne surtout pas faire. Les pouvoirs publics semblent toutefois  fermer les yeux devant les intérêts économiques. Un petit verre d’eau (au sodium) pour se détartrer les neurones ?

 
REGLER LE RISQUE CALCAIRE ?

La problématique calcaire ne devrait jamais entraver la qualité de l’eau. Le confort (relatif) ne devrait jamais se faire au détriment de la santé. Les écomies (encore plus relatives) d'énergie ne devraient jamais primer sur la préservation de notre énergie vitale.

 

A moins de 32° fH, l’adoucisseur est donc un luxe inutile : il y aura des traces mais peu de risque d’encrassage de votre tuyauterie.

 

Au-dessus de ce taux et si vous avez un vieil adoucisseur, supprimez-le et envisagez un système de dynamisation intégral avec gestion intelligente du calcaire : le calcaire est changé en aragonite, composé de cristaux de carbonate de calcium de forme géométrique régulière au faible pouvoir d'accrochage. Il y a des traces (comme avec un adoucisseur à sodium correctement réglé) mais pas d’encrassement et, surtout, une eau sensiblement améliorée. Le nec plus ultra est le système intégral Biofiltre + Biodynamizer, éventuellement associé (au-delà de 40°fH de dureté) au petit Scalebuster.

 

Si vous venez d’installer un adoucisseur et souhaitez en amortir le coût tout en cessant de culpabiliser, commencez par le régler correctement à 15 °TH de dureté résiduelle. Ne pas réussir à rincer facilement le savon sur sa peau est le signe d’un réglage beaucoup trop bas… Entretenez votre adoucisseur de manière régulière (tous les 2 mois) et faites un contrôle expert au moins une fois par an.

 

Côté qualité de l'eau, rajoutez-y un osmoseur type Fontaine Mélusine : la membrane d’osmose sera préservée du calcaire et allongera ainsi sa durée de vie… pour supprimer le sodium en excès et les risques microbiens. Et comme ce type d'osmoseur assure également une dynamisation de qualité, vous obtiendrez alors enfin une eau de qualité supérieure et pourrez faire des économies de plastique.

 

Dans tous les cas, veillez à ce que votre température d'eau chaude ne soit pas réglée à plus de 60°C (pas à moins non plus) afin de ne pas générer un surplus de tartre.

 

En savoir encore plus ? 

Le point sur vos besoins ?

Contactez l'expert Benoît Saint Girons
au +41 76 532 8838 (rappel possible)

En savoir (beaucoup) plus sur l'EAU:
Livre La qualité de l'eau de Benoît Saint Girons (Ed. Medicis, Novembre 2020)
Vidéos: Les 5 arnaques de l'eau / Les généralités sur l'eau / La qualité de l'eau

Les mauvaises solutions / Les bonnes solutions / Les eaux thérapeutiques
Conférence 2018
Fiches pratiques pdf: L'eau et la vie / Une eau propre et vivante
Fiches de comparaison pdf : Solutions Habitat / Solutions Entreprise
Site internet exhaustif d'information : www.eaunaturelle.ch

© www.solutionsbio.ch - Benoît Saint Girons

Consulting Ecologique - Expertise 8 fondamentaux (Air, Eau, Ondes,...)
Tél: +41 (0)76 532 8838 (portable suisse, rappel possible) - Email: bsg@solutionsbio.ch

​Informations et tarifs donnés à titre indicatif et susceptibles de modifications sans préavis